On a déjà eu l’occasion de faire cet article version photo, il n’y a donc pas de raison que la vidéo n’y passe pas non plus. Voici 10 mots qui appartiennent au vocabulaire de la vidéo, et que vous allez rencontrer très très souvent.

RUSH

C’est peut etre le tout premier terme à connaître quand on commence en vidéo. Les vidéos que vous allez prendre à partir de votre DSLR / Reflex / Camera, ce ne sont pas des vidéos en tant que telles. Elles ne sont pas finies, pas abouties, pas montées dans une réalisation finale (qui elle, s’appelle vidéo). Il s’agit de Rushs. Du coup, tous vos fichiers vidéo (que vous avez bien rangés et sauvegardés sur votre ordinateur), ce sont des Rushs. Des fichiers qu’il faudra ainsi dérusher au moment du montage (faire le tri).

FPS (ou Image par seconde)

En photo (et en video), on a le fameux trio Ouverture / Vitesse / Iso. En Vidéo, on rajoute également la composante Images par Seconde (ou FPS – frame per second – en anglais). Il s’agit du nombre d’images que votre caméra va être capable de filmer en une seule petite seconde. En fonction du type de scène, cela vous permettra de faire des ralentis ou des accélérés, et d’avoir des actions plus lisses, moins saccadées.

Par exemple, tourner en 120 FPS, vous permettra de faire de beaux ralentis, mais également d’avoir une image meilleure pour toute la partie scène d’actions. Pour rappel, notre cerveau et nos yeux ont besoin d’environ 24/30 images par seconde, pour avoir l’impression de fluidité. Ainsi avec 120 FPS, on peut très bien transformer 1 seconde filmée en 4 secondes à l’écran, tout en gardant la fluidité de l’image, pas mal, non ?

Pour plus d’information, rendez vous sur l’article et la vidéo consacrés aux FPS

RESOLUTION

On assiste à une course aux pixels du côté des constructeurs photo… 12, 18, 21, 36 millions de pixels… Du côté vidéo, c’est un peu différent. On va parler de résolution, et de format. Vous avez tous entendu parlé Full HD ? ou de 4K maintenant ?

La résolution est définie par le nombre de lignes verticales (en gros, le nombre de pixels en vertical). Donc :

  • un Full HD, on a 1080 lignes verticales,
  • un 4K, on a 2160 lignes verticales.

FORMAT

Vous avez vu, dans résolution, on a n’a pas parlé de lignes horizontales. Finalement, ce nombre de lignes horizontales va être défini justement par le format. Nos anciennes télévisions à tube cathodique, et de nombreux retroprojecteurs sont au format 4:3. Du coup, pour une résolution en 480, on aura 640 lignes horizontales pour 480 lignes verticales.

En format, il existe également le très connu 16:9 (également appelé 1,78) , et le 16:10 (également 1,6) également. Ainsi cela donne :

  • En Full HD :
    • 16 : 9  = 1 920 lignes horizontales x 1 080 lignes verticales
    • 16 : 10 = 1 728 lignes horizontales x 1 080 lignes verticales
  • En 4K :
    • 16 : 9 = 3 840 lignes horizontales x 2 160 lignes verticales
    • 16 : 10 = 1 920 lignes horizontales x 2 160 lignes verticales

On trouve également le format cinéma, c’est un format 17 : 9. On a donc un 4K en 4 080 x 2 160.

Autre petite règle de calcul, 1 920 x 1 080 pixels, cela donne 2 millions de pixels. On est donc loin d’avoir besoin des 36 millions que propose un D800…

PROGRESSIF ou ENTRELACE

Quand vous allez naviguer dans les menus de votre camera, vous allez voir la notion de progressif et d’entrelacé. On a souvent un petit « p » ou « i » à coté de la notion de FPS. A quoi cela correspond. Il s’agit de la méthode utilisée pour réaliser les images.

Voici la différence :

  • le « i » : Le principe du mode entrelacé est simple. On affiche lors d’une première trame, toutes les lignes paires d’une image ; puis dans un deuxième temps, on affiche toutes les lignes impaires d’une deuxième image.
  • le « p » : Le balayage progressif affiche la totalité de l’image en une seule fois. Chaque trame correspond donc ici à une image entière. Cependant, cette méthode demande plus de ressources. C’est donc pour cela, que souvent, c’est le principe entrelacé qui est proposé quand on veut monter en FPS.

Pour en savoir plus, et connaître les avantages et inconvénients des deux méthodes, je vous oriente vers l’article : la différence entre 1 080p et 1 080i. 

FOCUS PEAKING

L’un des plus gros problème en vidéo, c’est bien sur la mise au point ! Pour cela, il existe une aide très très précieuses sur les dernières caméras. C’est le Focus Peaking. On aura l’occasion dans un prochain article de voir plus en détail à quoi cela correspond, mais pour résumer, cela indique à l’écran, les éléments qui sont nettes pendant que vous filmez. Ces éléments sont souvent identifiés en rouge ou en blanc. C’est donc une aide très très précieuse pendant le tournage

Focus Peaking

MONTAGE

Le montage est une étape très importante dans la réalisation d’une vidéo. C’est le moment où vous passez sur l’ordinateur. Le montage, c’est toute la partie où vous lancez votre logiciel avec notamment :

  • la création du projet
  • l’ajout des Rush
  • le tri
  • l’assemblage
  • les titres et effets
  • et l’export du projet.

Il existe plusieurs logiciels de montage comme Adobe Premiere Pro, Final Cut, Sony Vegas, Imovie, Windows Movie Maker… Vous vous en doutez, on a déjà de nombreux articles sur le montage vidéo. Rendez vous donc sur Photopassion, catégorie Montage

TIMELINE

Quand vous attaquez le montage, il y a donc toute une partie de Desrushage, ou de tri, et une partie, où il faut monter, et mettre bout à bout tous ces petits bouts de vidéos que vous avez sélectionnés. C’est la timeline. C’est ici que vous allez pouvoir mettre vos pistes vidéos, vos pistes audios, vos effets, vos titres…. Bref, c’est la vie de votre réalisation, qui peut vite devenir un joli bazar quand on a plusieurs caméras et plusieurs pistes sonores 🙂

ETALONNAGE

J’entends tout le temps Guillaume parler d’étalonnage. Cette action se fait au moment de la fin du montage. Le but est très simple. Il faut harmoniser les couleurs entre les différents Rushs mis bout à bout dans la Timeline, afin que ce soit cohérent. Cela permet ainsi d’harmoniser les couleurs, en fonction des heures de prises de vues, des contraintes météos, mais également en fonction des différentes caméras. En effet, par exemple, un caméra Canon et une caméra Nikon ne vont pas prendre toute à fait le même scène, de la même couleur.

COMPRESSION

Vous vous doutez bien, que mettre les Rush bout à bout, comme cela, cela prend beaucoup de place, et cela ferait une vidéo de plusieurs Gigas ! Pour cela, à l’export, on va choisir de compresser la vidéo, en fonction de sa destination finale. Par ailleurs, il faut savoir que l’import sur Youtube implique également une compression de votre vidéo. Le but de chaque vidéaste, c’est de trouver la technique de compression la plus optimale pour que la qualité soit au rendez vous, en avec la taille de vidéo la plus petite possible (donc qui charge rapidement sur internet).

Pour en savoir plus, je vous oriente vers l’article sur les conteneurs

A propos de l'auteur

Photographe professionnelle, je suis passionnée par les voyages, l'architecture et l'humain. J'aime raconter mes aventures à travers des reportages photoVous pouvez découvrir mon travail sur mon portfolio : Créateurs d'émotions

Articles similaires

2 Réponses

  1. Pierre

    Bonjour,
    J’ai l’impression, que dans la précipitation, il y a eu une petite erreur:
    le Full HD (16:9) c’est 1080 lignes horizontales de 1920 points par ligne

    Cordialement
    Pierre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevoir des informations de Céline et Guillaume

Pour vous remercier on vous offre : 

- Une vidéo de 20min spéciale Lightroom, avec toutes les techniques pour bien débuter sous Lightroom.

- Les principaux raccourcis clavier Lightroom au format PDF

Merci pour votre inscription