Aujourd’hui petite grosse interview de Guillaume Le Roy que vous pouvez suivre sur le site http://www.atlza.com.
Je remercie Guillaume d’avoir répondu à mes questions avec une aussi grande précision

Ma peur de ne pas retrouver des interviews de bonne qualité s’est évanouie.

Je vous invite donc à laisser vos commentaires et vos critiques via le formulaire prévu à cet effet

Guillaume, peux tu te présenter en quelques lignes ?

Guillaume, 28 ans etc etc etc… concrètement… Je suis un photographe Rennais, Breton donc c’est important, spécialisé dans le concert, discipline que je pratique presque chaque semaine grâce à un partenariat avec une salle de la ville. Actuellement je dirai que 70% de mon activité photo est accaparée par le concert, le reste se répartit entre la mer, que j’aimerai pouvoir photographier bien davantage, le studio que j’espère pratiquer de plus en plus et d’autres petites choses au fil des occasions. Je ne vis pas tellement appareil photo sur l’épaule, j’aime les occasions de shooter, me dire d’un coup voilà un moment qui va être idéal pour la photo.

Outre cela je suis un passionné du web, dont j’ai fais mon métier et dont il m’arrive de parler sur mon site et enfin pour finir avec ce côté techno un dernier point, je travaille sous “Linux”, ce qui est encore relativement rare chez les photographes mais au contraire des a-priori, tout à fait possible.

Les Hushpuppies
Une image que j’aime tout particulièrement car très représentative du groupe et du rapport avec leur public. J’avais déjà pu shooter les Hushpuppies quelques mois auparavant et connaissait leurs habitudes, donc après quelques prises de vues en bord de scène je me suis placé de telle façon à être sûr de pouvoir ramener ce genre de photos.

Quel est ton matériel photo ?

Il a pas mal évolué avec le temps, le temps de me fixer sur ce qui comble réellement mes besoins, vendant et achetant.

Niveau boitier, je pensais au départ en utiliser 2 pour ne pas avoir à changer d’objo et travailler vite, notamment en concert, finalement pour des raisons d’encombrement principalement, je n’ai gardé qu’un seul boitier : le Canon 5d.
Je ne suis pas très attaché au matériel et aux nouveautés tant que mon boitier me convient, ce qui est complètement le cas du 5d, qui est excellent en tout point. Les sorties actuelles me paraissent très commerciales.
Voir des photographes mettre des sommes folles dans un 5d Mk2, alors que son prédécesseur est excellent à moins de la moitié du prix m’épate toujours.
En terme d’objectifs je suis très centré sur le concert avec un Canon 24-70 f2.8 et un Sigma 70-200 f2.8.
Deux très bons objectifs qui me permettent de couvrir 95% des situations photos. J’avais jusqu’à peu un ultra grand angle et ai eu une focale plus longue, je dédiais les 2 à la photo de voile habitable, planche et surf. Hélas n’ayant finalement que peu de temps à consacrer à ces disciplines, j’ai préféré m’en séparer et me concentrer sur le nécessaire. Que ce soit en concert ou autre, mon choix se porte toujours vers de grandes ouvertures constantes, stabilisateurs et autres ne sont que gadgets tandis que c’est toujours la lumière qui fait la photo.

J’ai également un moyen format argentique, un Rolleiflex T de 1958 que je dédie à la promenade, aux portraits et autres essais, pour le plaisir de faire quelque chose de différent.
Dans le même but je viens de m’acheter un autre argentique, un télémétrique sous la forme d’un Hasselblad Xpan 1, un boitier panoramique. Toujours pour quelque chose de différent, cadrage, viseur…
Je dois dire que je prends assez plaisir à découvrir les images aux moments du scan, à savoir que sur chaque pellicule, il n’y a que une ou deux images d’un sujet, seront-elles réussies ?
L’expérience est très différente de ce dont on prend l’habitude en numérique, la sensation est très différente et à mon sens complémentaire.

Comment est venu la passion de la photo ?

Tout doucement je crois, je me rappelle ado avoir trouvé la chose intéressante sans avoir pris le temps de m’y intéresser. Avec l’arrivée du numérique je me suis décidé pour un Canon A40, qui avait l’avantage énorme je le savais de proposer des modes manuels…
Puis via le sport que je pratiquais et voulais shooter, je me suis senti vite limité, notamment après avoir eu l’occasion d’avoir un pass photo aux championnats internationaux de Roller acrobatique. Sur la piste avec un compact, je me suis posé la question : “/si ce que tu fais en ce moment te plait vraiment, il faut investir et aller de l’avant !/” Le temps de la réflexion et des choix, j’achetais un 350d et Tamron 28-75 f2.8. Je ne suis pas du tout un acheteur compulsif, je peux passer des mois sur des forums avant d’acheter, pour être sûr de faire un bon choix en fonction de mes besoins réels, cela a donc pris longtemps…

Zone Libre
Une image que j’ai longtemps cherchée, un rendu très fort de l’importance de la guitare et en même temps une représentation du style du guitariste. Pas la plus simple à réaliser, il faut une vitesse suffisante pour fixer le geste, ne pas rater sa mise au point… Je la reshoote régulièrement sur des concerts, mais je ne crois pas que j’en ressortirai un jour une aussi belle.

Comment es tu arrivé a faire des photos de concert ?

Après avoir utilisé mon appareil dans tous les sens, avoir essayé le paysage, la macro, le sport etc. Je suis arrivé à un moment ou je me suis dis “/pour avancer il faut choisir une discipline se concentrer dessus, on ne peut pas exceller partout/”, un photographe à toujours un domaine de prédilection. Je cherchais donc ce qui pouvait bien m’intéresser…
Un soir lors d’une “fête de village” près de Madrid, j’avais mon boitier à un concert, j’ai donc tenté l’aventure, me suis faufilé jusqu’à l’avant et ai shooté. Rendu devant l’ordi j’avais trouvé ce que j’allais essayer de faire.

Peu de temps après et alors que j’étais revenu vivre en France, je suis passé à l’action, j’ai été en contact avec de petites associations qui organisaient des concerts, peu sollicitées par les photographes et prêtes à les accueillir. C’est à la fois idéal et très dur pour commencer, idéal car on peut shooter tranquillement le concert complet (au contraire des grosses scènes plus restrictives) et très dur car les lumières y sont très difficiles, mais c’est une bonne école.

De fil en aiguille, alors que mon book s’étoffait je suis passé à des concerts et des productions plus grosses.
Actuellement je ne shoote finalement que peu de grosses productions, à cause déjà des restrictions de plus en plus absurdes que l’on y rencontre, et aussi du temps que cela prends pour obtenir les accréditations. Je travaille par contre avec une salle de concert, ce qui me permet de découvrir de nouveaux artistes, et de travailler sur le long terme avec la salle et ainsi de lancer de nouveaux projets, c’est bien plus enrichissant.

Comment réalises-tu des photos de concert ? On souhaite tout savoir chez photopassion, alors peux tu nous donner une de tes techniques ?

Il n’y a pas vraiment de technique précise en concert.
Le plus important est de bien connaitre son matériel, savoir comment il réagit, à la lumière notamment.
Par exemple, savoir que le capteur réagit moins bien à la lumière rouge, je ne shoote pas quand les spots sont en lumière rouge.

L’idéal est d’observer avant le début du concert comment sont placés les spots, les instruments et les retours, pour déterminer quels seront les bons angles. C’est très important par exemple si il n’y a pas de fosse entre la scène et le public et que donc les mouvements seront limités durant le concert.

Après en fonction des éclairages et du groupe (selon sa façon de bouger) je choisis entre une mesure spot et manuelle, puis me lance…
En arrivant à un concert, hormis quelques images types que je vais aller chercher, je ne sais pas toujours ce que je vais faire comme image. Il ne faut pas d’ailleurs chercher à garder un type d’image. Le propre de la photo de concert est de rendre l’ambiance, il faut donc se laisser porter par le concert.
Seul cas qui fait exception, lorsque j’ai déjà shooter un groupe et que j’en ai l’occasion une seconde fois, je prévois mieux mes placements pour ramener les images que j’ai “vu” la première fois sans réussir à les shooter correctement, notamment en terme de cadrage.

Sammy Decoster
Cette image ne pas forcément sautée aux yeux dans la série de ce concert, puis on m’en a demandé un grand tirage, et là franchement tirée en grand elle m’a impressionnée, le style, l’ambiance tout y est. Comme quoi on n’est pas toujours le mieux placé pour juger son travail.

Qu’est ce qui te fais choisir une photo plutôt qu’une autre ?

L’instant…
En concert, la lumière avant tout. Une fois éliminées les photos floues ou mal cadrées, je choisis celles ou le couple éclairage/pose est le plus intéressant. Il y a une question d’humeur au moment du choix, le petit truc qui fait que l’on ce dit : “celle-ci”

Avec le temps, je suis aussi habitué au déclenchement à chercher quelques photos précises que je sais réussies dès le shoot…

Success
J’aurai pu citer ici l’ensemble des photos de ce concert tellement le groupe est photogénique et le show vaut le détour. Ici encore un énorme avantage, avoir vu le groupe lors d’un premier concert, je savais exactement le style d’image que je voulais ramener. Je déclenche beaucoup moins dans ces cas là, attendant le moment proche de ce que je cherchais

Quel poste traitement t’autorises-tu sur tes photos ?

En général et pour le concert, c’est très light : contraste – saturation – balance des blancs et éventuellement passage en noir et blanc. Je ne sors pas de mon derawtiseur (Bibble)…

Pour ce qui est du studio, outre un traitement similaire à ce qui est dit ci-dessus, la photo passe ensuite par “The Gimp “pour les retouches locales et effacer les imperfections… Mais c’est un domaine que j’explore encore…

Je dois dire que moins de temps je passe devant l’écran et mieux je me porte…

Pour un photographe qui débute dans le domaine de la photo de soirée/concert, quels sont les 3 conseils que tu pourrais donner ?

Ne pas se prendre la tête : ne pas viser que les gros concerts, ni les artistes que l’on aime forcément…

Être respectueux : des artistes en évitant de les déranger, ne pas s’interposer entre eux et leur public, respecter aussi le public présent pour le spectacle.

Soyez patient : vous en aurez besoin si vous vous lancer dans le monde merveilleux des demandes d’accréditation

Promets-tu de nous tenir informé de tes prochaines séries ?

Je ne peux vous promettre de vous tenir informés, en revanche je peux vous promettre de tout mettre en œuvre pour que vous puissiez vous tenir informés de mes prochaines séries, pour cela vous n’avez que l’embarras du choix.

  • Via mon blog : http://www.atlza.com J’y écris quelques articles, et présente mon actualité et mes nouveaux concerts au fur et à mesure. Y sont aussi présentés des portfolios de mes activités photos, concerts, paysages, studio, sports tout y est !
  • Je suis également sur Flickr, là encore vous pourrez y retrouver une sélection de mes photos de concert, mais également mes errances photographiques issues de shoot occasionnels, d’idées subites ou de fonds de tirroirs… http://www.flickr.com/photos/atlza/
  • Et enfin sur Facebook, vous pourrez y suivre l’actu de mon site, des brèves news, et j’y fais également revivre de vieux concerts et articles que je jugent intéressant :

http://www.facebook.com/pages/Guillaume-Le-Roy-Photographe/228800565203

Reproduction partielle ou totale interdite sans citer la source

A propos de l'auteur

Guillaume Manceron est le fondateur de photopassion.fr proposant des reportages photos, des tests d'equipements ou bien des podcasts. En 2006, Il découvre les joies d'avoir un reflex numérique et depuis sa passion n'a pas changé

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.