Aujourd’hui j’ai le plaisir d’accueillir une des personnes que j’ai plutôt l’habitude d’écouter sur mon Iphone que de lire sur un blog Mr Benoit Marchal.

Benoît Marchal de declencheur.com est à ma connaissance le seul podcasteur Français parlant de la photo.

Je voulais interviewer Benoit Marchal car c’est l’une des personnes qui ma fait découvrir à travers ses podcasts des techniques, des astuces photos et souvent des livres.
Benoît Marchal, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Ça devient de plus en plus difficile de faire bref. Je suis informaticien et auteur. J’ai publié quelques livres, dont certains ont très bien marché, et plus de 800 articles informatiques, essentiellement aux États-Unis. Mais j’ai une vraie passion pour les médias et surtout la fantastique opportunité qu’offrent Internet et les nouveaux écrans aux médias et aux auteurs. Ce qui m’a amené à lancer Déclencheur, la photo comme vous ne l’avez jamais entendue, en 2006 (www.declencheur.com). Je voulais proposer quelque chose de différent et très complémentaire des médias sur la photo, en tirant parti du côté pratique et personnel de l’iPod et d’autres gadgets mobiles qu’on voyait poindre.

Quel est ton matériel photo ?

Je crois qu’aujourd’hui mon boîtier principal est le Lumix GF1. C’est presque le boîtier que j’appelais de mes vœux depuis 10 ans maintenant.
D’abord j’adore la visée qui permet de garder un contact visuel avec le sujet, là où le reflex tend à m’isoler derrière le boîtier.
Ensuite il est assez petit pour que je l’aie toujours sur moi et, par exemple, quand je suis en déplacement pour Déclencheur il me permet de réaliser des photos de qualité sans alourdir le sac qui est déjà bourré de matériel d’enregistrement.

Je l’utilise avec le pancake 20mm f/1.7, une focale fixe donc, mais que je trouve assez polyvalente grâce à sa très grande ouverture et sa taille minuscule.
J’ai également le Leica 45mm f/2.8, essentiellement pour le portrait, et un flash Metz que j’emporte rarement parce qu’il est plus encombrant que le boîtier !
J’aimerais trouver un grand angle en micro 4/3 mais le zoom 7-14 me semble fort encombrant et il déséquilibre trop le boîtier.
Je n’utilise pas le viseur électronique optionnel, comme je te l’expliquais à l’instant, je trouve la visée LiveView (sur écran) plus agréable parce qu’elle permet de garder le contact avec le sujet. Bien entendu il m’a fallut faire l’effort de réapprendre certains gestes et c’est un autre compromis technique que celui du reflex. Par exemple, la prise en main est moins stable mais l’absence de miroir réduit les vibrations et puis on travaille sans difficulté à de plus hautes sensibilités aujourd’hui. Comme toujours avec la technique c’est un compromis mais ce boîtier est un compromis qui globalement me convient bien
Mes flashes de studio sont des Elinchrom D-lite et j’ai les accessoires qui vont bien comme différentes tailles de réflecteurs, du bol au beauty dish, des nids d’abeille, des coupe-flux et un Octodome de Photoflex avec la grille nid d’abeille en tissu.
Mon reflex numérique Nikon est donc devenu mon second boîtier depuis quelques mois. Il est un peu le miroir du GF1 : lourd, encombrant mais avec une gamme optique (augmentée des fabricant tiers) sans commune mesure. En gros je le réserve aux situations difficiles.
Malheureusement ils partagent tous les deux le même défaut puisqu’ils utilisent des formats raw non publiés ce qui, et c’est l’informaticien qui parle, est contraire au BA-B-A de la conservation des données. Par ce choix les fabricants mettent en péril la fonction de mémoire de la photo et c’est pour cela que je n’hésite pas à dire qu’il y un vrai manque de professionnalisme de leur part sur ce point.

Comment est venue la passion de la photo ?

Aussi loin que ma mémoire remonte j’ai toujours été attiré par la photo mais je viens d’une famille ou l’on n’avait pas ce rapport passionnel à la photographie. Gamin j’ai récupérer le Voigtlander Vitoret de mon grand père. C’était un boîtier bon marché, très frustre, sans cellule (il fallait évaluer l’exposition en s’aidant des notices des pellicules) et sans assistance à la mise au point (il fallait évaluer la distance à l’œil et la reporter sur une bague).
Certains trouvent que des boîtiers simples sont plus formateurs, je n’irais pas jusque là mais ce boîtier avait une immense qualité : il était petit, solide et donc je l’avais toujours sur moi. Je crois d’ailleurs que, si j’apprécie tellement le GF1, c’est parce que je retrouve un peu l’esprit du Voigtlander.
Donc j’ai toujours été attiré par la photo mais je n’en ai pas fait tout le temps. J’ai connu de longues périodes d’interruption où je faisais autre chose, par exemple des périodes où j’écrivais. Je dirais que ma pratique de la photo a connu des hauts et des bas.
Le lancement de Déclencheur correspond bien entendu à un haut. Pour la petite histoire je venais de remplacer une batterie de flash cobra, je faisais un peu du strobist avant l’heure, par un vrai équipement de studio. Je me souviens qu’une de mes idées initiales pour Déclencheur était de faire plusieurs émissions sur le flash. Je commence seulement à les enregistrer maintenant. C’est un peu le charme de ces projets qu’ils vous emmènent toujours sur des chemins de traverse.

Quel est le thème photographique que tu affectionnes particulièrement ?

Je suis attiré par les lumières et les textures. J’adore la manière dont la lumière sculpte littéralement le noir, en y creusant des textures, en y révélant des formes. C’est sans doute ce qui explique que j’aime autant le travail en studio.
Je dirais que s’il fallait choisir entre Géo et Citizen K, c’est ce dernier que je prends. Non pas que Géo ne soit pas également un magazine formidable mais je suis vraiment attiré par le travail autour de la lumière, la construction de la lumière, les jeux d’ombre, etc.
Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit. La photographie est diverse et cette richesse est formidable, j’apprécie la photographie comme témoignage, j’aime les gens qui travaillent sur le mouvement ou sur le graphisme ou dieu sait quoi mais, et je m’en suis rendu compte au travers des nombreuses interviews que je réalise pour Déclencheur, la lumière est mon point sensible.

Quels sont les photographes qui t’inspirent ?

Le photographe qui m’inspire c’est toujours celui que je vais interviewer demain. Mon approche de l’interview fonctionne bien mieux si je suis passionné par le travail de la personne que je rencontre. C’est d’ailleurs ce qui est si agréable avec Déclencheur, pouvoir rencontrer des gens d’horizon et d’expérience si divers mais, en même temps, tous ont quelque chose à dire et à apporter aux auditeurs. Heureusement en photo, comme dans toutes les activités créatrices, il y a beaucoup de gens passionnés, donc forcément passionnant.

Pourrais-tu présenter déclencheur en quelques lignes ?

Sans fausse modestie, le but est de proposer d’excellentes émissions pour découvrir tous les sujets photo ou au moins éveiller la curiosité sur ces sujets. On télécharge les émissions et on les écoute où on veut, quand on veut : voiture, métro, train, pendant un reportage, une séance d’editing ou même sous la douche !
Déclencheur est compatible avec tous les ordinateurs et la plupart des gadgets mobiles (iPod, iPhone, iPad et les produits Samsung, Nokia, Sony, etc.) donc la liberté est totale.
Depuis quelques mois, on propose également Déclencheur Gold qui nous a permis de plus que doubler le temps d’antenne et donc proposer plus de sujets techniques et plus d’interviews. Les membres Gold peuvent également choisir entre mono et stéréo, des émissions chapitrées, bref des émissions mieux adaptées à leurs lecteurs et aux forfaits Internet. Cette version est accessible aux membres Gold ou à la carte, au choix.

Quand tu réalises un podcast, comment cibles-tu un photographe ?

Chaque interview est d’abord une rencontre. Je n’ai pas de schéma arrêté ou de liste de questions toute faite. Ma méthode se fonde sur l’écoute.
Il y a un photographe ou parfois quelqu’un dans une activité périphérique comme un juriste, un technicien mais toujours un passionné d’image. Et mon rôle c’est de lui permettre de raconter son histoire.
Donc, pour répondre à ta question, ça dépend beaucoup du photographe. Parfois je me contente de déposer un micro dans la pièce et j’écoute. C’est le cas avec des gens qui ont l’habitude de structurer un discours comme des enseignants ou des auteurs. Parfois le photographe a besoin d’un coup de pouce et je pose des questions pour l’accompagner.
La plupart des photographes n’ont pas l’habitude de ce genre d’exercice et donc j’essaie de leur donner le temps de trouver leurs mots. Ce qui d’ailleurs implique un gros travail d’editing derrière. Du point de vue de la production, il serait plus simple d’être plus directif, de poser des questions plus cadrées mais je crois alors que les interviews seraient moins… sincères.
Je crois que si j’étais plus directif, ce serait plutôt moi qui parlerais alors que je veux être fidèle à mon interlocuteur. Je veux l’écouter. Pour la petite histoire je ne suis pas toujours d’accord avec ce que mon interlocuteur dit mais je ne crois pas que mon rôle est de censurer mais plutôt d’aider les gens à s’exprimer.
Le problème, qui n’est pas vraiment un problème, plutôt une charge de travail, c’est que les photographes ont l’habitude de s’exprimer par l’image et pas vraiment de parler de leur travail donc souvent ils ont besoin de temps. Et on peut le leur donner grâce à la magie du montage. C’est la seule formule qu’on ait trouvé, qui permet de ne pas les trahir.

Combien de temps entre la prise de contact et la diffusion ?

Je peux produire une émission dans la journée quand l’actualité le demande mais c’est rare. Habituellement il s’écoule plusieurs mois entre la prise de contact initiale et la diffusion.
Il faut prendre rendez-vous, sachant que les agendas sont souvent bien remplis déjà. Ensuite il y a le montage et enfin il me faut trouver un créneau de diffusion.
Le rythme de diffusion est vraiment devenu une contrainte forte parce que, matériellement, on ne peut pas produire plus d’une émission par semaine. Entre parenthèse, c’est une des raisons pour lesquelles on a lancé Déclencheur Gold que j’évoquais tout à l’heure. Déclencheur Gold nous a permis de plus que doubler le temps d’antenne. Il y a tellement de sujets à traiter sur la photo et tellement de gens passionnants à rencontrer.

Quelle serait la photo que tu aimerais réaliser ?

Ça va peut être t’étonner mais je n’ai pas de désir fort de m’exprimer par la photo, en tout cas pas de façon publique. Mes photos c’est mon jardin intime. Comme d’autres tiennent un carnet privé, moi je photographie.
Publiquement je suis plutôt un littéraire, ma production d’image, en tout cas celle à laquelle je suis vraiment attachée, elle est personnelle.
Ce n’est sans doute pas un hasard si j’ai lancé une émission sur la photo plutôt qu’une galerie photo ou un photoblog. En fait j’ai essayé de lancer des galeries photo et je me suis toujours lassé assez vite. Et sur ces galeries il y avait toujours une grande part de texte.
Paradoxalement je crois que ça m’aide beaucoup dans la production de Déclencheur. Il me semble important, quand on interviewe quelqu’un, de savoir s’effacer. L’interviewé n’est pas un faire-valoir, c’est plutôt l’inverse. Et je pense que si j’avais moi-même envie de m’exprimer publiquement par l’image, je serais quelque part en compétition avec les personnes que je rencontre. Et je crois que je tomberais dans ce piège. Par exemple, j’ai du mal à imaginer comment je pourrais me passionner pour le livre d’un autre photographe si j’avais mon propre livre photo à défendre.

Aurais-tu des conseils ou des améliorations à suggérer pour photopassion.fr ?

Pour moi tenir un site c’est un voyage en dehors des sentiers battus. Je crois qu’il ne faut pas hésiter à se laisser guider par le site. Il y avait cette biographie de Steve Jobs qui s’appelait « the journey is the reward, » « le voyage est la récompense. »
Et je crois que c’est très important de profiter du voyage, la destination n’est pas très importante. Je veux dire que tu as sans doute une idée de ce que tu veux faire avec photopassion.fr et il faut certainement marcher dans cette direction mais il faut accepter de se laisser guider par d’autres chemins.
Après tout quand on y arrive à destination, le voyage est fini. Donc il vaut mieux ne pas faire le touriste et prendre son temps. Le plus amusant c’est le voyage, les rencontres,… les paysages (rires).

Aucune réponse

  1. steakhachai

    J’ai commencé la photo en même temps que j’ai découvert le podcast de Benoît Marchal, et j’aime beaucoup ce qu’il fait. Je trouve que ses émissions donnent un côté plus humain à la photo que beaucoup de livres ou de sites/forums internet.

    Répondre
  2. Vin0x64

    Sympa interview, j’ai moi aussi découvert déclencheur a peu pres au moment ou je me suis remis à faire des photos. C’est un super podcast.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Raccourcis clavier pour Lightroom

Pour être plus efficace sur Lightroom c'est possible avec les raccourcis clavier

Vous êtes maintenant inscrit