Aujourd’hui, après les fêtes, je ré-ouvre la section interview avec une interview de Matthieu Thomas, un des spécialistes que j’ai connus grâce à “Twitter” qui réalise de biens belle visites virtuelles.

Merci à Matthieu pour la qualité des réponses qu’il a formulées et je vous invite donc à vous rendre sur le site de Matthieu Thomas ou encore sur son twitter

Bonne lecture à vous et comme d’habitude je vous laisse commenter l’interview 😀

Matthieu thomas 1

Matthieu Thomas, peux tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour Guillaume, j’ai 22 ans et je suis Photographe Auteur Panoramiste. C’est-à-dire que je suis spécialiste des photographies panoramiques et des visites virtuelles à 360°.  J’ai eu la chance d’être formé par deux très bons photographes : Arnaud Frich et Jérôme Mondière, qui m’ont permis de compléter ma formation au mieux. J’ai donc appris à leur côté deux styles de photos : le panoramique et le studio.
Je suis installé au beau milieu de l’Auvergne, mais je bouge beaucoup en France pour les photos.

Quel est ton matériel photo ?

Je travail soit avec un 5D Mark II et un 24mm TSE ou un 15mm FishEye, soit avec un D90 ou  D300 et le 10.5mm FishEye. Pour certaines prises de vues, j’ai de bonnes relations qui me prêtent leur 200mm gentiment, et j’ai quelques zooms de secours pour des prises de vues « autres » que panoramiques sphériques.

Matthieu thomas 2

Comment est venue la passion de la photo ?

Une formation en Services et Réseaux de Communication, des stages, des rencontres, et même de très belles rencontres inoubliables ! Mais bien avant tout cela, depuis une dizaine d’année déjà, je suis entouré de photographes, que sont de très bons amis et des connaissances. Ce qui m’intéressait moi, c’était de montrer d’une façon différente de quoi chaque jour est fait. J’ai vécu seul durant 3 ans dans une immense maison alors que mes parents étaient expatriés. Pour m’occuper j’avais investi dans un réflex et me suis rapidement mis à développer mes photos et exposer un peu partout, de Millau à Vichy en passant par Clermont. Un jour je travaillais en tant que Chef de projet événementiel sur une exposition d’art avec un certain Mouv’Art. C’est à cette période que j’ai découvert les shoots à 360°. Un an après j’étais aux côtés de Jérôme Mondière pour ma formation, puis j’ai passé 3 mois avec Arnaud Frich …

Comment es tu arrivé à faire des photos 360°?

J’ai commencé avec mon premier réflex bas de gamme en prenant plusieurs photographies de rang en portrait et en les assemblant sous Photoshop avec des calques. Rapidement j’ai compris que d’une part mon matériel n’était pas adapté, et d’autre part que des défauts d’assemblage étaient présents un peu partout à cause des distorsions optiques, de la méthode de prise de vue employée, … Plus tard, au culot, je décide d’envoyer un mail à Arnaud Frich pour le rencontrer et lui proposer de me prendre en stage 3 mois. Il a accepté et a fait bien plus que cela ! J’ai été formé à la photographie panoramique, aux visites virtuelles et à la gestion des couleurs. Tout deux nous avons aussi eu l’occasion de tester des couples boitiers/objectifs adaptés ou non aux panoramas. Quelques tests matériels, des trépieds, rotules, sondes de calibrages, profils ICC, logiciels d’assemblages,… Quelques mois plus tard, j’achète mon propre matériel professionnel, je travaille pour des CCI, CDT, hôtels, entreprises et bien d’autres. J’ai même était contacté par mon ancien prof de photo, Jérôme Mondière, pour le former à la photo pano.

Matthieu thomas 3

Comment réalises-tu des photos 360 °? On souhaite tout savoir chez photopassion, alors peux-tu nous donner une de tes techniques ?

C’est comme une recette de cuisine :

Ingrédients :

  • Trépied stable et solide   x1
  • Rotule graduée               x1
  • Tête panoramique sphérique  x1
  • Boitier type Réflex Numérique en mode Manuel x1
  • Objectif Grand Angle (ou fish-eye)  x1
  • Carte mémoire d’assez grande capacité (RAW oblige) x1 ou plus
  • Logiciel de développement RAW x1
  • Logiciel d’assemblage x1
  • Huile de coude et imagination x100

Le tout c’est d’imaginer dans sa tête ce à quoi la photo à 360° doit ressembler. Compliqué tu me diras. Mais une fois qu’on a réalisé plusieurs panoramas, on évite alors de petites erreurs : bien se placer, attention à la ligne d’horizon, ne pas décaler le trépied durant les shoots, placer son couple boitier objectif au point nodal, etc…

La plus grande difficulté c’est d’optimiser son matériel et de se placer au point nodal (pupille d’entrée) pour ne pas avoir de défauts d’assemblage. Cela dépend aussi de la qualité des couples boitiers/objectifs utilisés.

Lorsqu’un client me demande une visite virtuelle de ses locaux par exemple, je fais extrêmement attention à la lumière et à l’endroit où je vais placer l’appareil. Il faut se mettre à niveau, régler la rotule sur le nombre de photos horizontales à réaliser avec le fish-eye, parfois il faut aussi faire de la double exposition. La rotule est un outil vraiment super, parce qu’avec elle on a un taux de recouvrement entre deux photos successive. Personnellement je travail à 20% de recouvrement environ, ce qui m’assure une qualité photo suffisante. Je travail à F11 la plupart du temps pour avoir une profondeur de champ idéale. Suivant les cas, en configuration manifestation par exemple, il vaut mieux avoir un déclenchement rapide et travailler a main levée ou sur mât ou monopied, mais d’autres fois, si le photographe souhaite avoir un aspect un peu plus artistique avec des flous et du mouvement, il est libre de poser plus longtemps. J’avais d’ailleurs montré deux exemples au salon de la photo : une visite virtuelle avec des « fantômes » et du mouvement et une autre où les gens sont figés. Cela m’avait d’ailleurs valu quelques critiques d’autres panoramistes qui n’aiment pas du tout l’aspect mouvement artistique des flous et fantômes sur les visites virtuelles. Parfois il est vrai que cela n’a rien d’artistique de choisir une pose longue, mais c’est souvent utile en conférence ou formation pour expliquer l’impact du mouvement sur une photo, via le logiciel d’assemblage et le rendu choisi.

Puis lorsque tu as réalisé tes X photos horizontales avec ton grand angle ou fisheye, et bien il faut faire les photos du zénith et du nadir ( plafond et sol ). La petite astuce que m’a enseignée Arnaud est de doubler la photo du nadir : une avec trépied tout en restant au point nodal, et une seconde où tu décentres l’appareil à l’extérieur de la tête panoramique. Puis tu vises la pièce que tu as pris soin de mettre par terre pour repérer l’axe vertical sur lequel tu as travaillé depuis le début du shoot.

En 9 photos j’ai une visite virtuelle HD de 10000×5000 pixels, qui une fois assemblée et exportée en swf (flash) me permet d’être visualisée en plein écran facilement. A noter qu’aujourd’hui la majorité des Visites virtuelles sont exportées en Flash, car cette technologie est présente à 90% sur les ordinateurs, contrairement à Quicktime avec les .mov

Matthieu thomas 5

Lors d’un panorama tu réalises une série ou tu fais plusieurs essais ?

Je ne fais qu’une seule série qui comprend les photos « doublées » s’il y a besoin de double exposition par exemple. L’avantage du fisheye c’est que je réduis considérablement le nombre de photos. Et les distorsions optiques sont aujourd’hui très bien corrigées par de très bons logiciels d’assemblages comme celui de Kolor : AutoPano Giga, et bien d’autres.

Quel poste traitement t’autorises-tu sur tes photos en plus de l’assemblage ?

Tout dépend des photos, mais en général, sous Caméra Raw, je ne fais « que » la balance des blancs, les franges rouges/cyan et jaune/bleu, le vignettage, les noirs et un poil de contraste. Puis j’accentue sous Photoshop à différents niveaux et pourcentages pour une qualité correcte sur internet depuis n’importe quel écran.

Matthieu thomas 6
Pour un photographe qui débute dans le domaine de la photo panorama/360°, quels sont les 3 conseils que tu pourrais donner ?

N°1 : La ligne d’horizon au centre de ta photo, jamais tu ne la placeras (cas des panoramas photo non 360°)
N°2 : La lumière tu maitriseras, ta focale tu régleras et ton œil tu écouteras (Il faut essayer de se placer dans des lieux ou endroits qui ne sont pas habituels, et donc pas obligatoirement au milieu de la pièce par exemple)
N°3 : A la pupille d’entrée ( = point nodal ) tu travailleras
N°3 Bis : Ta créativité tu exprimeras 😉

Promets-tu de nous tenir informé de tes prochaines séries ?

Promettre est un grand mot, mais j’essaierai oui 😉 Heureusement Twitter est là pour pour vous tenir informés rapidement de mes derniers shoots et panoramas quelque soit le lieu où je me trouve.
Merci pour cette interview Guillaume, bravo pour ton blog, continue comme ça c’est super,  et je te souhaite de bons et beaux shooting photos 😉 et pourquoi pas quelques panos que j’aimerai voir fleurir ta galerie photo.

Matthieu thomas 7

A propos de l'auteur

Guillaume Manceron est le fondateur de photopassion.fr proposant des reportages photos, des tests d'equipements ou bien des podcasts. En 2006, Il découvre les joies d'avoir un reflex numérique et depuis sa passion n'a pas changé

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.