Dans cet article, dans ce témoignage, il y a des chances que nombre d’entre vous, s’y retrouvent… Ce jour là, ce fameux vendredi 9 Janvier 2015, j’étais Porte de Vincennes… Comme tous les jours d’ailleurs… et comme beaucoup de parisiens ou de franciliens qui travaillent autour… Ce jour là, ces images, ce lieu devenu lieu de recueillement, je n’avais pas envie d’en parler, ni de le photographier… Mais finalement, j’en ai peut-être besoin.

Besoin pour accepter ce drame… besoin pour essayer de comprendre… besoin pour avancer de nouveau…

Je construis cet article comme un reportage photo de la vie aujourd’hui… comme un témoignage de ce qu’il s’est passé ce jour là. Des photos du vendredi 9 Janvier, je n’en n’ai pas… Et pour plusieurs raisons. Trop loin du lieu exact, pas le courage de sortir, et la promesse faîtes à Guillaume, de ne pas y aller…

Photopassion - Hyper Casher-1

Mais depuis, j’ai eu besoin d’aller m’y recueillir, de déposer des fleurs… De pleurer aussi. De mettre des images sur mes sentiments et sur mes peurs…. de voir que tout cela était vrai… Et même si la première fois, je n’ai pas pu sortir l’appareil photo, trop submergée par les émotions, aujourd’hui, j’en ai envie… J’ai envie de garder une trace de cet élan collectif de bonté et d’amour… de garder en mémoire qu’il reste de l’humanité face à cette barbarie… J’ai besoin de me souvenir que l’on peut encore pleurer… Que l’être humain n’est pas insensible… Que l’on peut être UN malgré les différents politiques, économiques et religieux…

Photopassion - Hyper Casher-2

Je ne garde en mémoire, de ce vendredi 9 Janvier, que des souvenirs sonores… Les sirènes de police, de pompier… Les 2 hélicoptères qui tournaient, tournaient en permanence au dessus des lieux… Je garde en mémoire quelques images dans ma tête. Ce périphérique bloqué. Ces policiers faisant barrage en bas de l’immeuble… l’agent de sécurité posté au niveau du parking… et ces 4 hommes armés (impossible de dire si c’était de la police, de la gendarmerie ou autre) qui nous accueillaient à la montée du périphérique… Je garde en mémoire, ce moment de panique, ce sentiment de peur que l’on a quand on découvre qu’un terroriste est là, à quelques dizaines de mètres de nous… Je garde en mémoire, le visage marqué d’amis, blancs comme le linge, inquiets pour leurs enfants…

Photopassion - Hyper Casher-3

Au delà des évènements de ces 3 jours noirs pour la France, celui de Porte de Vincennes m’a particulièrement marqué… car j’étais à côté. C’est à ces moments qu’on réalise que cela n’arrive pas qu’aux autres… Que cela peut arriver n’importe où, n’importe quand ! C’est à ces moments là, qu’on réalise que c’est le quotidien de milliers de personnes dans d’autres pays… Qu’ils ne connaissent que le stress et la peur.

Photopassion - Hyper Casher-4

Aujourd’hui, j’ai pris mon appareil photo pour me souvenir de cette journée noire… pour croire en l’humanité… pour sécher mes larmes et ne plus avoir peur. Aujourd’hui, j’ai découvert ce petit nounours au milieu des bougies et des fleurs. Il souriait à la vie, et je crois qu’il tenait à me dire qu’il reste de l’espoir.

A propos de l'auteur

Photographe professionnelle, je suis passionnée par les voyages, l'architecture et l'humain. J'aime raconter mes aventures à travers des reportages photo Vous pouvez découvrir mon travail sur mon portfolio : Créateurs d'émotions

Articles similaires

Une réponse

  1. Sophie

    Très joli témoignage. Votre reportage nous donne un point de vue “à froid” sur ce tragique événement, avec votre sensibililté. Bravo !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.