Aujourd’hui, on va tester un accessoire pour notre appareil photo : la poignée photo de Trekking.

Sur un appareil photo, que ce soit un bridge, reflex, hybride… la partie lanière, sangle n’est pas à négliger. Bien au contraire. Mais pourquoi ?

  • – Déjà, parce qu’on a souvent de quelques kilos au bout de la main : prenez un D800 et un 24-70mm, vous avez juste 2kg dans les mains. Souvent, soyons honnête, les lanières fournies avec l’appareil, n’est pas de très bonne qualité. Elle fait souvent mal au cou, car trop fine, pas du tout ergonomique. Bref, en général, on achète une autre lanière.
  • – Autre raison : On a toujours à un moment où à un autre, deux mains gauches. Sans lanière, vous tenez votre appareil photo dans la main, vous le glissez dans votre sac, dans votre poche… Sauf qu’il nous arrive toujours à un moment ou à un autre de ne pas faire attention, et de lâcher l’appareil à côté du sac… Sans lanière, l’appareil tombe au sol ! Et c’est le drame…
  • – Dernière raison : le vol : et oui, il ne faut pas oublier. Se balader avec par exemple un D800 et 24-70, c’est avoir prêt de 4 000€ de matériel… Et certains voleurs sont de fins connaisseurs. Sans lanière, il est très facile de vous arracher votre appareil et de partir avec en courant.

Margé toutes ces raisons, je ne suis pas une grande fan des lanières. J’aime avoir mon appareil en main, pas autour du cou. Du coup, j’ai eu l’occasion de tester ces dernières semaines, une lanière un peu particulière, la poignée photo de Trekking. Elle va venir se fixer directement au poignet.

Poignée Photo de Trekking
Comme vous pouvez le voir sur les photos, la sangle est décomposée en 2 parties. Une partie qui se fixe sur l’appareil photo, et une partie avec la poignée. Les 2 parties s’assemblent via un clips.

Avantage : vous pouvez clipser d’autre lanière en fonction de vos besoins et de vos envies !
La lanière au poignet est ajustable (et de taille unique). Du coup, elle épouse tout de suite la forme de votre poignet. Par ailleurs, à aucune moment elle ne vous comprime.

Poignée Photo de Trekking

Une petite poche est également accessible afin de mettre une petite carte sd ou CF.

Poignée Photo de Trekking

Et lors d’une sortie photo ?


J’ai déjà eu l’occasion de faire plusieurs sorties avec cette lanière. Verdict : à aucun moment, elle ne m’a gênée, même au contraire ! Etant donné que j’aime beaucoup tenir mon appareil en main, cette sangle vient rajouter une sécurité (notamment pour les vols, et les chutes). Par contre, elle ne permet à aucun moment de compenser ou d’aider à porter l’appareil photo (du coup, attention aux lumbago…)

Poignée Photo de Trekking

Elle se marie complètement avec une autre lanière que j’utilise beaucoup, et en complément : la black rapide qui se fixe sur le bas de l’appareil photo.

En conclusion : je suis totalement séduite par cette sangle au poignet. Elle ne quitte plus mon appareil photo. En plus d’être pratique, elle est également proposée au prix de 15 €. Pourquoi s’est priver ?

A propos de l'auteur

Photographe professionnelle, je suis passionnée par les voyages, l'architecture et l'humain. J'aime raconter mes aventures à travers des reportages photo Vous pouvez découvrir mon travail sur mon portfolio : Créateurs d'émotions

Articles similaires

6 Réponses

  1. Jean-Philippe

    Merci pour ce test 🙂
    Dans le même registre, Trekking fait des harnais, c’est l’idéal quand on a un appareil lourd à porter longtemps (au hasard, un D800 avec son caillou fétiche pendant tout un mariage ?), même si pas très esthétique…

    Répondre
  2. Bravo pour cet article interessant.
    Cette poignée permet-elle de conserver à demeure le plateau rapide sous l’appareil. Il semble que oui, contrairement à la black rapid.
    Merci

    Répondre
  3. Fred

    Bonjour.
    Histoire de rajouter un avis au tien ; je suis totalement d’accord avec toi, j’utilise depuis quelques années maintenant un “hand strap” (dont je ne me souviens plus la marque…) et c’est vraiment agréable d’avoir l’appareil toujours en main, prêt à être utilisé.
    Le seul désavantage que je verrais est la difficulté de mettre le “joujou” à l’abri quand il y a de mauvaises conditions. Par exemple, j’ai suivi le carnaval de Paris il y a peu, sous la pluie, et j’aurais aimé pouvoir mettre mon appareil dans mon blouson par moment, ce qui se fait plus facilement avec une courroie “normale”.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.