Pour ce premier reportage photo de l’année, je vous propose une série surprenante et riche, proposée par Richard Vantielcke : “Cardboard Box Head”

Pour découvrir l’ensemble de son travail, voici son portfolio et sa page fan sur Facebook 🙂

Série « Cardboard Box Head » (photographie narrative et conceptuelle)

Cette série narrative est un projet de longue haleine que j’ai commencé à développer au mois d’Avril 2010.

On suit un peu à la manière d’un roman photo la naissance et le quotidien métro, boulot, dodo d’un homme doté d’une boîte en carton à la place de la tête. Autour de lui, les gens agissent comme si de rien était, le personnage vit alors comme un reclus dans une situation Kafkaïenne de « réalisme de l’absurde ».

J’ai voulu inséré dans cette série une ambiance glauque basée sur mon travail en photographie urbaine et en photographie de nuit, tout en lorgnant vers un humour non-sensique proche de l’absurde.

Au final, j’ai voulu obtenir une histoire cohérente dans sa narration et dans son traitement graphique, avec la difficulté constante d’obtenir des photographies, qui prises individuellement doivent se suffire à elles-mêmes…

Cardboard Box Head #1 – The monolith

Le flou central qui découpe la photographie en deux est un hommage appuyé aux films de Alfred Hitchcock ou de Brian De Palma qui dans certaines séquences de leurs films jouaient sur la composition de deux plans tournés avec des profondeurs de champs différentes et assemblées au montage.
L’autre élément intéressant à souligner dans cette photographie est que pour obtenir cette perspective avec la boîte en arrière plan, j’ai été obligé de me mettre sur les genoux (ce qui pouvait sembler parfaitement ridicule lors de la prise de vue, mais qui passe très bien une fois la scène cadrée).

Cardboard Box Head #2 – Thinking outside the box

J’ai toujours adoré l’idée d’utiliser une source de lumière non pas mon montrer mais pour cacher, en créant ces silhouettes anonymes qui se dessinent grâce aux éclairages de la ville.

Cardboard Box Head #3 – Into the void

Cette prise de vue n’était pas dans le storyboard initial, c’est lors de la séance que je me suis dit qu’il manquait une étape dans le déroulé du scénario. L’ami qui m’assistait m’a alors suggéré cet angle de vue pour préparer le spectateur à la prochaine photographie.

Cardboard Box Head #4 – The big come down

J’aime bien cette rupture de ton subite et cette ellipse narrative, comme si le spectateur avait détourné les yeux de la scène l’espace d’un instant, pour rater l’essentiel de l’action…

La difficulté principale que j’ai rencontré sur cette prise de vue est le temps de pose important, car comme souvent je n’utilise pas d’autres sources de lumière que celles disponibles sur place. Il me fallait donc une immobilité totale pour avoir une photographie nette. J’ai donc un peu rusé en effectuant plusieurs prises de vue assemblées sur photoshop :

Première prise, le carton sans moi dans le champs.

Deuxième prise, moi derrière le carton avant la jambe gauche levée, et l’autre pied en appui sur le mur…

Troisième prise, même configuration, mais cette fois-ci avec la jambe droite levée.

Cardboard Box Head #5 – Happy birthday

Au début le personnage devait être doté de plusieurs humeurs, à l’image des smileys informatiques : un visage joyeux, un visage neutre et un visage triste.
Au final, j’ai décidé de n’appliquer que l’humeur joyeuse pour créer un décalage entre les situations présentées et l’humeur affichée / imposée du personnage. Le titre « happy Birthday » prend ici toute sa saveur…

Cardboard Box Head #6 – Head like a hole

Cette photographie clôture la partie « naissance » de l’histoire.

Dans ma jeunesse, j’ai été traumatisé par le film Jacob’s Ladder, réalisé par Adrian Lyne et ses démons aux visages tordus… C’est en pensant à eux que j’ai préparé et travaillé cette photographie.

Cardboard Box Head #7 – Repeat the same routine

On entre de plein pied dans le quotidien métro, boulot, dodo du personnage.

On quitte le côté fantasmagorique / cauchemardesque de la première partie pour s’immiscer dans un “réalisme de l’absurde” un peu kafkaïen, avec ce premier cliché réalisé très tôt dans le métro parisien.

Cardboard Box Head #8 – Box Office

Une boîte ambulante qui va travailler dans la plus grande boîte de Paris…

C’est sans doute une des premières images que j’ai visualisé en travaillant sur cette série : l’homme à la tête de boîte en carton se confrontant à la Grande Arche de la Défense.

La composition du plan est volontairement proche de la première photographie de la série pour créer un sentiment de filiation…

Cardboard Box Head #9 – Closed space

Une fois le personnage transformé, j’avais envie pour les photographies suivantes que le motif de la boîte (symbole de son enfermement) apparaisse de façon plus ou moins souligné dans chaque plan (ici les deux écrans qui lui font face).

Cardboard Box Head #10 – Step out of this walls

En abordant la partie “boulot” du quotidien trépidant de l’homme à la tête de boîte en carton, j’avais dans l’idée de m’inspirer de l’univers graphique de la série Bankrupt du photographe Phillip Toledano … Puis comme souvent avec mes premières intentions, j’ai dérapé vers autre chose…

L’effet Tilt-shift que j’ai simulé grâce à photoshop donne l’impression d’un personnage miniature, écrasé par la perspective du couloir…

Cardboard Box Head #11 – Breakout

C’est en voyant ces motifs cubiques sur les murs intérieurs de la Grande Arche de la Défense que j’ai eu envie de poser tout simplement le personnage sur ces marches. Un cube parmi les cubes.

Cardboard Box Head #12 – Box on the move

Deuxième incursion de l’homme à la tête de carton dans le métro parisien…

Où comment transformer un élément du décor qui initialement me gênait en un élément majeur de la composition de cette photographie. En jouant sur le flou de la profondeur de champs, la barre centrale permet d’isoler le personnage dans le cadre.

Même dans un lieu public, il est littéralement coupé du monde.

Cardboard Box Head #13 – Crossing the river

J’ai toujours été fasciné par le flux incessant de voitures qui passent sur le périphérique de Paris à toute heure de la journée… J’aime bien le paradoxe de cette photo qui semble avoir été prise sur le vif, alors que nous sommes sur un temps de pose de plus d’une seconde…

Une pose difficile à tenir en chemise, alors que la température était de -2° ce jour là…

Cardboard Box Head #14 – Food box container

Une image récurrente dans mes photographies conceptuelles, un personnage faisant face à une représentation graphique de la société de consommation. Il était logique de retrouver l’homme à la tête de boîte en carton devant cette énorme boîte à consommer…

Cardboard Box Head #15 – The box next door

L’homme à la tête de boîte en carton retourne dans ses quartiers souterrains et je retrouve mes néons de parking, fils conducteurs lumineux du personnage, motif graphique récurrent dans presque toutes les photos de la série…

Cardboard Box Head #16- The dining box

L’homme à la boîte de tête en carton est de retour chez lui et la boucle du “métro, boulot, dodo” est en train de se refermer.

Je trouvais amusant et un brin surréaliste d’imaginer le personnage s’entourant de boîtes en carton pour aménager son espace de vie (c’est plus simple à monter que les meubles Ikéa)…

Cardboard Box Head #17- The sleep box


J’ai toujours voulu que la série se termine très simplement par le « dodo » du personnage. D’ailleurs chronologiquement, c’est la première photographie qui a été réalisée (mes voisins n’en pouvaient plus de tous ces cartons stockés sur ma place de parking !).

J’aime bien l’idée graphique que la tête du personnage soit « rangée » lorsqu’il s’endort…

Pour finir cette série, un petit bonus :

A propos de l'auteur

Photographe professionnelle, je suis passionnée par les voyages, l'architecture et l'humain. J'aime raconter mes aventures à travers des reportages photo Vous pouvez découvrir mon travail sur mon portfolio : Créateurs d'émotions

Articles similaires

15 Réponses

  1. Niko-Photo

    Reportage et travaux très intéressants, ça promet pour l année:) on pourra noter également dans certains titres des photos des références à des titres de chanson de nine inch nails 🙂

    Répondre
    • Riri

      Nikko-Photo >>> Enfin quelqu’un qui me fait la remarque ! 🙂
      merci et vive Trent ! 🙂

      Seb F. >>> merci pour ton enthousiasme… ça fait plaisir à lire !

      Répondre
  2. Seb F.

    Enormissime ! Du très très lourd : graphisme, cohérence de la série, idée de départ… tout cartonne !
    Bravo !

    Répondre
  3. Celk

    Le travail de Richard est vraiment suprenant, notamment parce qu’il a réussi à faire une série complète, riche et qui prend tout son sens une fois assemblée !

    Par contre, je serais curieuse de voir les backstage ? Faisais-tu la majeur partie des photos tout seul ? avais-tu un ami pour t’assister, déclencher ? (je vois mal comment tu as pu faire pour le métro sinon…)

    Répondre
  4. Bones

    Un bon photographe, avec de bons goûts musicaux, et de bonnes idées donnent forcément une très belle série. Comme on dit sur le net : GG Richard !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.