Dans ce nouvel article j’essaie de répondre à la question de Vincent qui nous a posé une question sur Facebook qui était: “Faut-il constituer un book pour modèle photo virtuel ou réel?”

Dans cet épisode, j‘essaie de vous apporter des réponses à ces questions. Ce ne sont pas les réponses ultimes, ce sont les réponses qui me semblent les plus pertinentes. 

J’espère sincèrement que ça vous aidera pour accompagner vos modèles dans la réalisation de leur book. 

Je vous souhaite à tous une très bonne écoute et si vous avez le moindre commentaire ou remarque, n’hésitez pas à le faire dans le commentaire de cet article ou directement via les réseaux Sociaux, sur Instagram directement par exemple.

Pour aider le podcast :

→ S’abonner aux podcasts : http://bit.ly/2Xmoczo
→ Les Backstages sur Instagram par Guillaume : http://bit.ly/2G2959J
→ Les Backstages sur Instagram par Céline : http://bit.ly/2EwDgD7

Transcription Texte

Salut les créatifs!

C’est Guillaume! Je suis tellement content de vous retrouver aujourd’hui !

Mais je suis vraiment très content de vous retrouver aujourd’hui. Vous m’avez manqué lecteurs et auditeurs de Photopassion.

Tout simplement ça fait quasiment un mois que je n’ai pas fait d’épisode du podcast, ça fait un mois que normalement on aurait dû avoir une activité un peu plus légère avec Céline. C’est à dire qu’on devait avoir une grosse partie corpo et une petite partie studio.

C’est l’inverse!

C’est-à-dire qu’on a une grosse partie corpo et on a une grosse partie studio! En fait c’est pas l’inverse, c’est … malheureusement … heureusement d’ailleurs, les 2 qui nous tirent vers le haut et c’est top parce qu’on fait pleins de choses, on a plein de nouvelles demandes de projets, on a plein de nouvelles demandes de portrait, de créativité, de team-building. Vraiment, il y a vraiment tout qui se développent et ça c’est cool mais ce n’est pas l’objectif du podcast d’aujourd’hui.

Aujourd’hui déjà c’était pour m’excuser. On va commencer par le début! Ça fait un mois je pense que je commençais à vous manquer et vous me manquez donc j’en suis désolé! Mais aujourd’hui on va répondre une question Sébastien sur Facebook qui nous pose une question assez euh … je ne sais pas si Sébastien c’est une question tu as eu avec tes modèles mais qui nous pose la question suivante :

“Constituer un book pour modèle, papier ou virtuel?” 

Et moi là-dessus je suis assez clair mais c’est parce que c’est notre état d’esprit au studio, c’est notre façon de voir la photo, c’est notre façon de voir l’image en générale. C’est un book, une famille, grossesse, modèle pro… Ça doit passer par le papier. Je ne dis pas qu’il faut faire que du papier, ça ce n’est pas vrai! Mais il faut faire les 2, il faut faire et du papier et du virtuel parce que déjà aujourd’hui des demandes de dossiers quand on veut poser pour une agence, quand on veut poser pour un casting souvent, ce sont des dossiers dématérialisés et on va envoyer une photo numérique, donc on n’a pas le  choix. Quand on bosse avec les modèles, on doit leur fournir des papiers formats numériques.

Et la deuxième chose, c’est … bin pour moi le format papier c’est la base. Quand je dis papier je parle d’un beau papier hein, je ne parle pas d’un truc acheté sur une imprimante Epson, chez un fournisseur de papier photo, dit photo, en grande surface ou dans les boutiques un petit peu professionnelles genre… vous savez là où on achète les stylos pour entreprise quoi! Je parle d’un vrai papier photo… Un Bellanuj, un beau fine’art, un beau Fuji, un beau Canon. Bref, un papier où on sent qu’il y a de la matière quoi, un papier qui vit, un papier qui a vécu, qui a quelque chose à raconter, qui apporte quelque chose à votre photo parce que le travail quand on bosse avec des modèles, quand on travaille avec des agences comme ça, il y a 2 parties pour moi dans ce boulot là. Il y a la partie vraiment book. Voilà. Il y a un enfant (pour le coup en ce moment c’est vraiment des enfants), mais il y a des enfants, il y a des adultes, ils veulent se lancer là-dedans et ils se font un book à leur frais. Ça c’est un peu les books qu’on fait régulièrement, il y en a beaucoup au studio qu’on fait. Nous on fait très peu de collaboration en studio, même plus de collaboration parce qu’il n’y a plus le temps pour ça. Mais c’est vrai qu’on va faire un book dit “basique”, ce n’est pas méchant, c’est juste qu’on va faire 10-15 photos de portrait, dans différentes tenues, dans différentes ambiances, dans différents machins et on va les mettre dans un support dit “basique”. Si après vous êtes sollicité par un modèle qui a déjà travaillé avec des agences, qui sait exactement ce qu’il veut genre “je veux tel papier brillant, je veux tel papier mat, je veux tel papier anuje...” et bin on va être en mesure nous en tant que photographe pro, de répondre à cette demande et de l’accompagner dans ce choix d’images, dans ce choix papier, dans ce choix de pigmentation, dans ce choix d’impression. Le modèle, quand on parle de vrai modèle, on est aussi là pour les conseillers d’accord, on est aussi là pour les guider.

Quand je dis “vrais modèles”, ce ne sont pas des modèles pros ou des modèles amateurs, ce n’est pas la question, c’est quelqu’un qui a envie de se faire plaisir.

Il y a le modèle qui va faire un book pour essayer de commencer son activité et puis il y a des modèles qui vont vouloir se faire un book pour se faire plaisir.

Et c’est vrai que pour la partie moi je vais parler d’une partie à moi qui me concerne énormément, la partie de photographie boudoir que je fais énormément et aussi bien de la grossesse. On n’est pas sur des supports dits “classiques”, on est sur une étape de vie. Moi j’ai beaucoup de mes clientes en boudoir qui me demandent des supports atypiques pas par la forme, pas par l’entretien, pas par les choses comme ça, par la qualité c’est à dire qu’elles reconnaissent qu’elles sont à un moment de leur vie où elles ont envie de garder un beau souvenir d’elles, un souvenir intarissable et vraiment perdurable dans le temps et elles apportent beaucoup d’attention au support qu’elles vont choisir et nous, en tant que photographes professionnels cette fois, on a le devoir de les accompagner dans ce choix là. Les noir et blanc je les conseille là-dessus, les couleurs je les conseille là-dessus, le cadre je conseille ci, la couverture je conseille ça. C’est vraiment important d’accompagner vos modèles dans la réalisation de leur book papier.

Et dans le partie book virtuel, moi je ne vois pas trop ce qu’on peut faire à part les choses comme les plateformes de modèles donc de Book, Cabook, il y en a d’autres. Pour moi ça a très peu d’importance parce qu’en fait, par définition, vos modèles vous devrez leur fournir les formats numériques si vous travaillez en collaboration vous n’aurez pas le choix parce que c’est souvent ce qu’elles veulent hein, 95% des cas et avec nos clients bin nous c’est toujours lié à un support physique, on n’a pas le choix. On ne fait pas de fichier numérique seul au studio aussi bien avec nos clients et si demain d’aventure serait un nouveau projet de collaboration ce qui n’arrive pas, on ferait un format papier aussi parce que c’est notre état d’esprit, pour nous il n’y a que ça qui va perdurer dans le temps, il n’y a que le papier. On sait pas ce qu’on va ouvrir demain, on ne sait pas quel type de fichier on va ouvrir demain. On parlait de la mort du JPEG, on parlait de la mort du PNG, ça peut arriver un jour ce n’est pas fait, ça peut arriver à un jour, il y a encore du temps à nos images devant, mais quand on regarde un petit peu l’évolution technologique, le papier il est toujours là et il est intemporel.

Voilà Sébastien, j’espère avoir été assez concis sur cette réponse parce que c’est un peu le but de ces podcast, c’est de vous amener des réponses aux questions que vous posez. 

J’aime bien ce format de une question-une réponse, je trouve ça un peu barbant. On adore avec Céline, alors ça va être compliqué pour nous de ne pas le faire mais on adore vous faire des gros podcast de 20-25 minutes où on est là… (Bon c’est vrai qu’on a du mal à se voir avec Céline en ce moment) mais j’aime bien ce format de une question – une réponse; c’est un format court, on va être à moins de 10 minutes sur cet épisode là. Çà vous donne une réponse claire, “Constituer un book pour modèle papier ou virtuel?”… moi c’est les 2, le papier pour les guider, les conseiller, les accompagner et le virtuel parce qu’aujourd’hui on n’a pas le choix, on est de plus en plus des formats dématérialisés.

Voilà Sébastien! 

Merci à tous d’avoir été encore présents pour écouter le podcast. Même quand il n’y a pas d’épisodes vous écoutez les anciens et ça c’est top!

N’hésitez pas à laisser 5 étoiles de préférence sur Apple podcast parce que comme d’habitude, c’est la seule plateforme qui gère les avis et pour les autres eh bin n’hésitez pas à vous abonner sur votre application de podcast préférée que ça soit Castbox, Pocketcast, Apple podcast, Spotify… bref on est partout vous ne pouvez pas nous louper!

Moi je vous dis rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel épisode du podcast. Je vous rappelle ces tous les mardis à 17h d’accord! Donc le temps que ça se réplique un petit peu sur les réseaux et de toute façon il y a un article sur le blog Photopassion.fr et n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter si vous voulez être informé en direct de l’application des articles.

Ciao Ciao et à très bientôt, en attendant, continuez à partager, créer et surtout, imprimez vos photos!

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.