Vous avez été nombreux à réagir à l’article : “les 7 pires erreurs pour un photographe”. Du coup, ce n’est plus une liste de 7 erreurs… mais de 33 erreurs. Comme la derniere fois, n’hésitez pas à compléter dans les commentaires.

Appareil photo

  • oublier son appareil photo
  • ne pas contrôler ses réglages de son réflex
  • partir avec un appareil sale.
  • être en jpeg (alors qu’on shoot en raw) ou l’inverse…
  • ne pas corriger l’heure de l’appareil photo (heure d’été/heure d’hiver ; décallage horaire suite à un voyage) => vive le traitement ensuite
  • le laisser bien en évidence à un endroit (où bien sur, on peut le voler facilement)
  • Ne pas mettre la sangle et le porter uniquement à la main (c’est bien plus facile comme cela à arracher des mains)
  • Partir à l’étranger sans les factures

Carte Mémoire

  • oublier sa carte mémoire
  • oublier de décharger sa carte mémoire
  • formater sa carte alors qu’on ne l’avait pas déchargée sur l’ordinateur…

Batterie

  • oublier sa batterie
  • partir avec une batterie déchargée

Sac

  • choisir le mauvais sac photo
  • partir avec un sac trop lourd (recoupe le trop d’objectif…)

Trépied

  • oublier le trépied et faire prendre des risques à son appareil photo (en le posant à des endroits bancales)
  • avoir son trépied, mais oublier le support de fixation
  • partir avec le trépied alors qu’on n’en a pas besoin

Objectifs

  • Trop d’objectifs
  • Pas assez d’objectifs
  • Ne pas ranger son objectif après l’avoir changé
  • Partir avec des objectifs sales (et s’en rendre compte qu’au moment du traitement…)
Accessoires photos
  • oublier son accessoire (exemple filtre ND1000, filtre infrarouge) alors qu’on avait une photo en tête
  • oublier la télécommande (exemple Pause longue…)
  • oublier le ou les flash et les piles associées…

Organisation

  • arriver en retard pour une prestation photo
  • partir avec un téléphone déchargé (difficile de joindre le client…) ou sans téléphone
  • oublier l’adresse (heureusement qu’on a tous accès à nos mails maintenant sur les téléphones)
  • Ne pas se renseigner avant sur le lieu afin d’identifier : type de photo, type d’objo, type de sac, trépied nécessaire, accessoires nécessaires…

Au moment de la photo (cela fera l’objet d’un article à lui tout seul)

  • Ne pas réfléchir à la photo
  • Faire du HDR à tout bout de champ
  • Utiliser la fonction bracketing pour être sûr d’avoir une photo bien exposée
  • Utiliser la fonction rafale en permanence (elle n’est pas toujours justifée)

Une solution miracle quand on est étourdi ?

Il n’y a pas de recette miracle pour éviter ces erreurs. Par contre, prenez le temps pour faire son sac. Identifier rapidement : le type de photo que vous allez faire. Cela permettra de définir :

  • la capacité de vos cartes mémoires (on n’a pas besoin de la meme chose quand on couvre le 24h du mans, un mariage, ou quand on va faire 2h d’architecture)
  • le type d’objectifs nécessaires
  • les accessoires dont vous avez besoin (trépied, filtre, flash…)
  • le sac parfait

Vérifier l’état de vos batteries, carte mémoire, et réglages. Et normalement avec juste ces quelques points, vous eviterez la majeure partie des erreurs…

9 Réponses

  1. MaO

    Je pars souvent à l’étranger avec du matériel photo et on ne m a jamais demandé les factures. En plus quoi de mieux pour se faire voler à la fois le matos et les factures;-)
    Par avion, si vraiment on voyage avec énormément de matériel de prix (plusieurs sacs) il y a un formulaire spécial à remplir, mais c’est plutôt réservé aux professionnels (journalistes …)

    Répondre
    • Deelight

      Je me suis baladé pendant des années avec les copies des factures de mon matos photo en pensant que ça ne servait à rien, jusqu’au jour où on m’a demandé à la douane de prouver que mon matos avait été acheté en France ou dédouané (je voyage avec un boitier et 5 objos). Ce n’est sans doute pas nécessaire si tu restes dans la zone Shengen, mais mieux vaut prendre la peine de faire quelques photocopies plutôt que de risquer de payer quelques centaines d’euros de dédouanement.

      Répondre
  2. f1oren

    Pour les factures le mieux c’est de se faire établir une carte de libre circulation car ça permet de plus avoir besoin de les trimbaler.
    http://www.douane.gouv.fr/page.asp?id=19

    Sans facture et au retour d’un voyage hors UE comment la douane pourrait savoir qu’il ne s’agit de matériel acheté à l’étranger et donc soumis à taxation ?

    L’UE est une zone de libre circulation des marchandises donc pas besoin des factures (c’est aussi pour ça qu’on achète pas HT si on est résident de l’UE en voyage dans un autre pays de l’UE)).

    Répondre
  3. josh

    Dites-moi pas que c’est pas vrai?! On a trouvé le sac photo parfait? Ça fait des années que je cherche, que je collectionne les sacs mais aucun n’est parfait! Quelle est cette perle rare? (;

    Répondre
  4. Samir

    Pas mal du tout la liste !

    Je rajouterais penser à paramétrer son reflex pour ne pas shooter lorsqu’il n’a pas de carte à l’intérieur ! Ça m’est déjà arrivé et dans l’urgence on ne pense pas à regarder.

    Pour les factures du matos on peut toujours les scanner et les garder sur son mobile ou sur une boite mail, ça évite d’être pris au dépourvu.

    Répondre
  5. Patrick de [CAP] Comment Apprendre la Photo

    Se photographier l’arcade sourcilière avec un compact bijou et en voir 36 chandelles après le coup de flash !

    Pour les factures, j’ai un ami (nous étions jeunes et il n’y avait pas de scanner à cette époque) qui avait une stratégie assez efficace :
    – Mettre son appareil acheté aux States, au fond de son sac sous son linge sale !
    – Aller spontanément à la douane Suisse où il allait habiter et déclarer le plus honnêtement du monde sa collection d’appareils photo, en ayant soin de mettre son Mamyia 4,5×6 au fond du sac et plein de petits jetables et appareils 126 basiques par dessus.
    Au troisième appareil sorti, : “C’est bon, passez !”.

    Répondre
  6. françois

    Encore une erreur extrêmement fréquente: croire qu’on ne peut utiliser que les logiciels adobe pour développer des raw, au point d’utiliser leurs noms commerciaux comme des noms communs…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.