On a vu avant hier quelques conseils pour préparer sa valise. Aujourd’hui, c’est la question du sac photo qui va se poser. Qu’est ce qu’on va utiliser là bas ?
Tout comme pour préparer son matériel photo à amener, il faut se poser la question du type de promenade que vous allez faire :
  • Vous allez faire de longue marche à pied dans des parcs, grimper en haut d’un volcan… Le sac à dos est peut etre le plus conseillé. En effet, il vous faut quelque chose de confortable, où le poids sera bien réparti sur votre corps et où vous pourriez loger le trépied si besoin. Par ailleurs, il y a des chances que vous ne changiez pas toutes les 5min d’objectifs, donc l’accessibilité rapide à ceux ci n’est pas à privilégier.

 

  • Vous allez faire beaucoup de ville et vous orienter vers la photo de rue ou la photo d’architecure : le sac en bandoulière va primer. Vous allez avoir 2 ou 3 objos à disposition rapide, mais également la petite pochette de devant avec votre carte de la ville, avec vos papiers, un petit billet pour prendre un verre… Bref votre matériel sera rapidement acessible. Cependant, il faudra vous concentrer sur uniquement 2 ou 3 objos, pour ne pas trop fatiguer votre épaule.
  • Vous partez en rando avec le Sac à dos, le sac de couchage… Là je sèche… Comment transportez vous votre matériel photo dans ce cas là ???

A propos de l'auteur

Photographe professionnelle, je suis passionnée par les voyages, l'architecture et l'humain. J'aime raconter mes aventures à travers des reportages photoVous pouvez découvrir mon travail sur mon portfolio : Créateurs d'émotions

Articles similaires

9 Réponses

  1. bibousiq

    C’est une excellente question à résoudre. Je dois retourner au Togo cet été pour voir ma famille et je me demande si j’emporte mon sac à dos ou ma besace…

    Répondre
  2. Seb F.

    Pour la randonnée, c’est effectivement un vrai casse-tête. Je me suis bien pris la tête pour savoir comment j’allais faire pour le tour du Mont-Blanc (8j. de marche + nuits en refuge – pas de sac de couchage et peu de nourriture par contre).
    Au final, j’ai retenu la solution suivante :
    – un monopode sur lequel était fixé un g11, qui me servait de bâton de marche et d’appui pour faire mes panos avec le compact. 95% de mes photos de la semaine ont été faites au compact (mais l’objet a été perdu/volé à Chamonix à l’arrivée… snif)
    – dans le sac à dos de randonnée, j’avais un “mini sac photo” dans lequel j’avais mis le reflex+fisheye monté, les batteries et cartes de rechange, chargeur, etc).
    Maintenant, à mon avis, le vrai problème en randonnée (avec de bons dénivelés) c’est de savoir emmener peu de matériel, car chaque objectif-accessoire rajoute du poids à trimballer tout le trajet (à moins d’être très riche et de pouvoir “semer” son matériel en cours de route 😀 )

    Répondre
  3. Cyrille

    Pour la rando (de plusieurs jours), j’ai simplifié à outrance le problème, tout gramme étant compté. J’ai laissé tomber le reflex au profit du compact. Certes, je suis frusté, mais au moins j’arrive à avancer. J’ai de trop mauvais souvenir du GR 20 (Corse) où mon reflex m’a plus géner qu’autre chose par son poids et son encombrement.

    Répondre
  4. psychonaute

    J’effectue en ce moment une petite “randonnée”. apres 3 ans et 9000 km parcouru j’ai rodé ma solution de portage. Le reflex, je n’ai pas eu le coeur de le laisser à la maison. J’ai donc pris mon K20D avec un zoom transtadard 17-70 et investi da

    Répondre
  5. psychonaute

    J’effectue en ce moment une petite “randonnée”. apres 3 ans et 9000 km parcouru j’ai rodé ma solution de portage.
    Le reflex, je n’ai pas eu le coeur de le laisser à la maison. J’ai donc pris mon K20D avec un zoom transtadard 17-70 et investi dans un trepied carbonne en cours de route (c’etait principalement pour la video).
    Pour le portage laissé le reflex dans le sac à dos ça bride enormement d’avoir à poser le sac à chaque fois que je veux prendre une faute. j’ai donc une housse fixé à une ceinture qui passe sous la ventrale du sac à dos. Au debut je glissait directement le passant de la housse sur le ventrale du sac à dos mais c’est risqué au niveau des chutes potentiels et il est egalement bien de pouvoir garder son APN sur soit et d’enlever son sac qui avec ces 20 kilos ne risque pas d’etre victime d’un vol à l’arraché ou discret.
    Pour ceux interessé par notre tour du monde à pied: http://www.toutenmarchant.com

    Répondre
  6. Buisson

    Retour d’expérience : j’ai acheté un sac a dos photo “Safaga” de Samsonite, Avec une seule bandoulière (+1 une petite pour bien le maintenir) et un accès direct à l’appareil sur le côté du sac. Vous marchez, c’est un sac à dos. Vous avez besoin de sortir votre réflex rapidement, vous détachez la petite lanière et faite simplement pivoter le sac sur votre hanche. Il suffit d’ouvrir la poche qui est sur le côté du sac pour accéder à votre appareil rapidement (et on peut y mettre deux ou trois objectifs en plus). Petit plus, il y a un poche assez grande sur le haut du sac pour y mettre soit des accessoires (chargeur,petit trépied) soit complètement autre chose (pique nique ..) très utile !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.