Tuto Photo – Le filé d’étoiles 1/3

Certaines photos nous font rêver. Elles reflètent la sérénité, le calme et aussi la puissance et la beauté du monde qui nous entoure.  Dans ce lot de photo, il y a celles du filé d’étoiles. 


J’ai toujours rêvé faire ce type de photos. Cependant, sur Paris, c’est mission impossible. Du coup, cet été, en partant en pleine montagne, j’ai tout de suite repéré 1 endroit bien particulier avec une vue sublime… il ne restait plus qu’à  réunir toutes les conditions pour faire cette photo.

photopassion - Filé d'étoile

Quelles sont les conditions pour faire un filé d’étoiles : 
  • 1. Avoir un ciel étoilé, non pollué par les lumières de la ville, et non caché par les nuages.
  • 2. Avoir une lune faible ou absente. Si elle est présente, elle ne doit pas du tout être dans le champ de la prise de vue.
  • 3. Etre motivé pour passer quelques heures de nuit à côté de son appareil photo. Et oui il doit faire bien nuit… donc en été, on commence la prise de vue très tard…
Quel matériel pour un filé d’étoiles ?
  • 1. Avant toute chose : un appareil photo. Il faut pouvoir maîtriser la durée de la prise de vue, et avoir un intervallomètre.
  • 2. Ensuite, il faut pouvoir stabiliser votre appareil photo. Prévoir donc un trépied, un gorillapod ou tout autre élément.

 

Un filé d’étoiles, ce n’est pas qu’une photo. Imaginez sinon votre pauvre capteur si vous le laissiez ouvert pendant 2h… Un filé d’étoiles, c’est une composition d’une dizaine voir d’une centaine de photographies pour n’en faire qu’une !

Du coup, le gros problème pendant votre prise de vue, cela va être la batterie et la carte mémoire. Pensez donc à désactiver l’écran à l’arrière, il ne vous servira à rien.. et vous gagnerez un petit peu en autonomie.
Passer en jpeg, cela permet d’avoir plus de place sur la carte mémoire… et surtout, vu la taille de vos fichiers à assembler, votre ordinateur vous remerciera au moment du traitement de ne lui donner que du jpeg.

L installation

  • 1. Dans un 1er temps, il faut trouver vos réglages. Positionnez vous en iso 100 ou 200 pour limiter le bruit. Choisissez une petite ouverture f/11 par exemple. Maintenant il faut trouver votre vitesse. Faites des tests. Les étoiles doivent se voir.  Pour mes photos j’étais en 25s par photo.
  • 2. Choisissez votre intervalle entre 2 photos. Il ne doit pas être trop long car sinon vous aurez des petits trous dans votre filé..Plus votre combinaison (temps de pose + Intervalle) est long, plus vous allez passer du temps à coté de votre appareil.
  • 3. Mettez votre appareil en autofocus manuel, et faites la mise au point à l’infini.
  • 4. Une fois que vous êtes prêt, il faut valider l’angle de vue. Pensez à faire attention à la lune et à l’etoile polaire. Et oui, c est la seule qui reste dn place. Du coup toutes les autres forment des cercles autour d’elle.
Photopassion - File d'étoile-1
Pour cette série de photo, j’ai choisi d’accès ma composition sur le mont blanc (tout à droite), et la ville de Sallanches en contre bas. La lune étant derrière moi.
Une fois c’est bon, c’est parti… il ne reste plus qu’à rester à côté, surveiller de temps en temps que l’appareil continue les prises de vue. Attention, si vous restez tres proche de l’appareil, pensez à prendre quelques précautions : ne pas passer devant l’appareil, ne pas utiliser de lumière… Vous risquez de polluer vos photos. Ce serait dommage de se rendre compte le lendemain que vos photos sont ratées et que votre nuit blanche n’a servi à rien.

A chaque fois, j’ai arrêté mes prises de vue quand je n’avais plus de batterie. Du coup c’est assez frustrant de ne pas voir les photos et d’attendre le lendemain pour avoir une première visualisation des résultats.
Il ne vous reste plus que le traitement. Deux logiciels permettent de le faire. Dans les prochains articles je vous présenterais les techniques pour chacun de ces logiciels et les résultats :)

Petite anecdote : j’ai effectué la prise de vue entre 1h et 4h du mat. J’étais placée en hauteur avec la vision sur le Mont Blanc. Sauf que je suis parisienne. Je suis habituée à conduire Rue Rivoli, place de l’étoile… pas du tout dans les lacets, tout en étant fatiguée à 4h du mat. Le retour a donc été comique !

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

A propos  ⁄ Celine Manceron

Photographe professionnelle, je suis passionnée par les voyages, l'architecture et l'humain. J'aime raconter mes aventures à travers des reportages photo Vous pouvez découvrir mon travail sur mon portfolio : Celk.fr

7 Commentaires

  • Répondre
    15 avril 2013

    Bonjour Céline, merci pour ce partage d’expérience, tu n’as pas eu de problèmes avec des montés de condensation sur la lentille frontale lors de ta session photo ? Pour moi c’est systématique dès que je fais du time lapse nocturne ou de la pose longue, la condensation s’invite sur mon objectif en fin de nuit et ça vire à la cata avec des flous artistiques très… Ch… ;)

    • Répondre
      17 avril 2013

      Non je n’ai pas eu ce soucis… Mais j’ai du prendre les photos de minuit à 2h. Je n’ai peut etre pas eu le temps d’avoir la condensation…

  • Répondre
    18 avril 2013

    Un travail minutieux et qui demande de la patience effectivement.
    J’aime ce genre de travail et depuis que je me suis lancé dans le timelaps je découvre un autre avantage du numérique par rapport à l’argentique (oui je suis vieux ;) ).
    Merci pour ce retour d’expérience et ces explications ;)

  • Répondre
    Raph
    25 septembre 2013

    Merci pour ce tutoriel, ça me donne envie d’essayer ! :)

  • Répondre
    20 février 2014

    Merci pour ce tutoriel,
    bon continuation photopassion

Laisser un commentaire