Aujourd’hui c’est la promotion d’un photographe que j’avais envie de faire,  mais pas sous forme d’interview vu qu’on a déjà le passionné de la semaine pour ça,  mais plutôt sous la forme d’un reportage photo. Nicolas me proposant un sujet tout frais à savoir son périple au Tibet 😀 je ne pouvais pas refuser de le publier alors, bonne lecture en compagnie de Nicolas Beaumont

Si vous aussi vous avez des reportages photos que vous souhaitez diffuser contactez moi

Fantasmer le Tibet.

Pour un journaliste rentrer en Chine de manière légale n’est pas une sinécure, alors aller au Tibet devient carrément une mission impossible. Pourtant le Tibet est un destination qui nous fait fantasmer, nous, occidentaux. Le Dalaï Lama, sa fuite, le Potala à Lhassa, L’Everest ou le friendship bridge font fonctionner notre imaginaire et réveille en nous des fantasmes d’aventuriers.

Mais qu’en est-il vraiment de ce Tibet de 2010, occupé par la Chine, envahi, annexé depuis plus d’un demi siècle ?

Lorsque je suis rentré dans le train T27 reliant Beijing à Lhassa je ne savais pas vers quoi je me dirigeais. Nourri par les images d’actualité toutes plus sensationnelles les unes que les autres, je me suis interrogé pendant les 48h de voyage. C’est en arrivant dans la gigantesque gare de Lhassa que j’ai reçu mon premier coup dans l’estomac; une immense gare sans âme, une gare chinoise, pas de trace du Tibet, à part dans les panneaux indicateurs. Puis en découvrant Lhassa, grande ville chinoise, j’ai compris que tout ce que j’avais vu sur le Tibet était biaisé par un filtre médiatique partisan et occidental.

Il fallait, c’était une évidence, que je vois le Tibet par mes propres yeux.

Présenter le Tibet de tous les jours.

C’est ainsi que j’ai décidé de regarder le Tibet de tous les jours. Un Tibet occupé par la Chine, par la police, par l’armée, envahi par des groupes de touristes, victime d’une immigration chinoise massive; mais aussi un Tibet qui jouit d’une forme de développement grâce à la Chine ; des routes impeccables, des logements neufs, des installations hydroélectriques etc…

Le Tibet d’aujourd’hui n’est pas uniquement le pays opprimé présenté par certains médias généralistes, la situation est bien plus complexe.

Sur plus de 1000km, sur les routes de Goldmud à Zhangmu, le long des voies ferrées, en ville, en montagne, au bord des lacs, j’ai photographié pour témoigner de la réalité du Tibet ; d’un Tibet du quotidien. Ces photos sont présentées petit à petit sur mon photoblog pour permettre à chacun de réagir sur l’esthétisme, sur la sympbolique, sur le sens de l’image, sur la réalité et sur sa subjectivité.

La série s’intitule tout simplement “Tibet” du nom de ce pays ou de cette province autonome en fonction de vos convictions.

Série Tibet sur le Photoblog de Nicolas Beaumont

A propos de l'auteur

Guillaume Manceron est le fondateur de photopassion.fr proposant des reportages photos, des tests d'equipements ou bien des podcasts. En 2006, Il découvre les joies d'avoir un reflex numérique et depuis sa passion n'a pas changé

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.