Aujourd’hui j’avais envie d’un nouveau style d’article. J’ai décidé d’appeler cela la photo pour les geek, (j’ai le droit de le dire j’en fais parti). Le concept est très simple : un photographe présente une technique photo sur le blog en quelques lignes. Pour cette première monture on va attaquer avec Mathieu CHATRAIN.

Pour rappel du strobist je vous renvoie vers l’article du 7 Mai 2010

J’ai toujours été fasciné par le Lightpainting et ce que certains arrivaient à faire avec de simples leds et lampes torche. Dans le cadre d’un projet pour une association (séance qui aura lieu en janvier), j’avais envie d’apporter une petite touche électro, grâce au lightpainting, tout en conservant une netteté impeccable au niveau des portraits que je devrais réaliser.

En cumulant cette technique avec un système de flashs déportés (conseil : apprenez à maitriser vos flashs avec notamment le livre Flash et photo numérique), on peut facilement figer une scène plongée dans la pénombre tout en ayant un temps de pose de 20 à 30 secondes nécessaire au “lightpainter” pour exécuter ses dessins et au final se retrouver avec un portrait bien net.

Pour mes premiers essais, un seul flash a été utilisé pour éclairer le modèle mais pour le projet, un deuxième sera rajouté à l’arrière afin de faire ressortir le contour du modèle. Le fond qui sera utilisé sera uni et noir contrairement aux essais où l’on distingue la fabuleuse tenture qui orne mon salon 🙂

Le matos et la préparation :

L’appareil photo est monté sur un trépied. Mise au point selective réglée sur le visage du modèle. La vitesse est réglé sur bulb afin de ne pas être limité sur le temps de pose. Au niveau de l’ouverture je me suis arrêté sur un bon F/10 pour conservé du piqué sur le rendu des photos. J’ai utilisé aussi une télécommande afin de commander l’appareil à distance et ainsi éviter tout contact avec lui qui pourrait générer du flou. Enfin, sur l’appareil, en plus de régler le déclenchement par télécommande, j’ai rajouté un retardateur de 2 secondes (vous comprendrez un peu plus bas pourquoi ce choix). Les photos ont été prises avec un 35mm AF-S 1.8G.

Au niveau de l’éclairage, un flash SB-28 réglé en manuel (jamais de TTL pour le “strobisme”… non mais!! 🙂 ) a été déporté à droite grâce au déclencheur radio Cactus V4. Le flash est placé sur un pied, avec, comme diffuseur, un parapluie blanc. La puissance retenue devait avoisiner les 1/8 de mémoire.

La technique utilisée :

Un halogène était allumé près de moi, éclairant la scène afin de faciliter la mise au point automatique de l’appareil photo. Le modèle prend alors la pose choisie, retient son souffle et ne bouge plus. Et c’est parti ! J’appuie donc sur la télécommande. L’appareil fait sa mise au point puis le compte à rebours du retardateur débute à ce moment là. J’ai donc 2 secondes pour éteindre la lumière et ainsi plonger toute la scène dans l’obscurité.

Puis le flash se déclenche figeant ainsi le modèle. Pour ces essais j’avais régler le déclenchement du flash au premier rideau mais le résultat est le même si vous le faite sur le second. J’avais choisi ce mode car il était plus simple pour le modèle de se concentrer sur sa pose son attitude en début de prise plutôt qu’à la fin…20 ou 30 secondes plus tard.

Dès que l’éclair du flash est passé, le “lightpainter” se lance dans sa série de dessins en dirigeant toujours les lumières utilisés vers l’apn. Lorsque son travail est enfin terminé, il suffit de rappuyer sur la télécommande pour stopper la pose longue.

Il est important que le modèle reste immobile pendant le lightpainting, car si jamais il est légèrement éclairé par des lampes et leds, il y aura un léger flou au niveau du rendu s’il a légèrement bougé.
Par contre, il est tout à fait possible, si le dessin se trouve à une certaine distance du modèle sans jamais l’éclairer directement ou passé derrière lui, que ce dernier sorte du champ après l’éclair du flash… Son visage et sa pose ne disparaîtront pas sur la photo finale.

A propos de l'auteur

Guillaume Manceron est le fondateur de photopassion.fr proposant des reportages photos, des tests d'equipements ou bien des podcasts. En 2006, Il découvre les joies d'avoir un reflex numérique et depuis sa passion n'a pas changé

Articles similaires

11 Réponses

  1. 1p2v

    J’ai honte de le dire mais moi aussi j’aime les photo-geek 😉
    J’aime beaucoup le light painting que je pratique de temps en temps. Je trouve que tu t’en sort pas mal pour un premier essais !

    Répondre
  2. Guilhem

    Excellente combinaison de techniques photo ! Pressé de voir le résultat sur un fond uni. Il me manque juste du temps pour m’y essayer mais merci pour les infos!

    Répondre
  3. BKsR

    Merci Guillaume pour ce joli petit article.
    Je me permets de faire un tout petit peu de pub en passant:
    Pour ceux que ça intéressent, mon blog traite principalement de strobism et regroupe mes travaux, des interviews de photographes amateurs et professionnels, des références, des tutos d’aide, etc.
    http://www.backstar-photo.com/blog/

    Mathieu

    Répondre
    • Nounours

      Le terme geek n’est pas reservé à l’informatique ou aux jeux video mais désigne une personne passionnée, parfois de manière intense, par un domaine précis. (source Wikipedia)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.