Aujourd’hui je vous présente l’article rédigé par le blog de photographies-naturelles.

Le tuto est juste super sympa à lire et permet de rapidement comprendre les bases de cette discipline . Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne lecture et je reste dans l’attente de vos commentaires.

***************************************************************

La macrophotographie est une technique photographique qui ne s’improvise pas et l’amateur n’ayant pas les bases de profondeur de champ liée à l’ouverture du diaphragme aura bien des difficultés à obtenir une photo esthétique.

Le but de cet article est de montrer comment je réalise mes macros en prenant exemple sur une de mes photos, en l’occurrence une photographie de puceron réalisée avec le MPE 65 et un flash MT24EX, matériel qui n’est évidemment pas à la portée de tout le monde, mais qui techniquement, ne diffère pas beaucoup avec un objectif macro standard comme le 100mm par exemple.

macrophotographie pour débutant

Une macro, mais de quel “type” ?

La règle pour moi pour une macro réussie est de mettre le sujet en évidence, qu’il soit lisible au premier coup d’œil. Si le fond est composé de trop d’éléments tels que des herbes, branches ou autres couleurs inesthétiques, il est évident que le sujet sera noyé dans un cadre inapproprié.

macrophotographie pour débutant

Afin d’obtenir un fond homogène, coloré et agréable au regard, deux solutions s’offrent à moi :

– Ouvrir le diaphragme suffisamment pour que la profondeur de champ soit faible et donc parvenir à un bokeh doux et harmonieux. L’inconvénient de cette solution est que le sujet risque de ne pas être suffisamment net et la photo n’aura donc plus d’intérêt.

– Fermer le diaphragme juste de raison pour un sujet net, mais éloigner au maximum l’arrière plan afin que la profondeur de champ ne l’intègre pas.

Cette technique fonctionne tout le temps et me permet vraiment d’obtenir de beaux arrières plans, par contre, il en est tout autre dès que j’utilise un flash si la lumière vient à manquer. En effet, l’apport de lumière par un flash n’est pas suffisant pour éclairer le fond et celui-ci sera donc largement sous exposé, voir tout noir. Dans ce cas, je joue avec la montée éventuelle des iso pour réduire l’apport du flash ou bien je rapproche le fond du sujet.

Le résultat final dépendra de tous ces éléments et d’un compromis entre chacun d’eux, là est la difficulté !

Choix du sujet

Si le choix du sujet est souvent dicté par mes découvertes fortuites, il m’arrive également de le rechercher de manière consciente.

Par exemple, pour ce puceron, ayant un rosier dans mon jardin qui était attaqué par une myriade de ces “sales petites bêtes”, je me suis intéressé à obtenir une photographie qui ne soit pas “juste” un puceron parmi tant d’autres, après tout, j’avais tout le temps devant moi. La question était : quel puceron vais-je photographier ?

Commence alors une recherche du plus beau puceron, mais aussi et ce n’est pas des moindres, vais-je pouvoir le photographier en ayant un certain confort de prise de vue ? Je veux dire par là : “pourrais-je avoir un bon appui afin de ne pas trop trembler ?” le MPE étant un outil merveilleux, mais très sensible au moindre tremblement.

Autre recherche intrinsèque à un bokeh de qualité : le fond !

C’est certainement sur ce point que la recherche fut la plus longue. Le rosier est heureusement un choix très approprié pour la macro, les fleurs étant nombreuses, faut-il encore qu’un puceron se trouve entre une de ces roses et mon objectif. Et puis il faut aussi que cette rose ne soit pas trop éloignée du puceron si je veux que mon flash soit assez puissant pour éclairer l’arrière plan tant recherché.

Bref, parmi ces milliers de pucerons et ce millier de roses (non sans blague, il y a vraiment un millier de roses sur ce rosier de 4 mètres de haut!), il y avait bien un sujet qui à réuni toutes les qualités pour se faire tirer le portrait. Ne reste plus qu’à !

Cadrage

La partie vraiment intéressante commence ici, à la prise de vue.

Le cadrage est, comme il a été question dans les commentaires sur la photo de l’échasse blanche, la chose la plus personnelle qui va dépendre de ce que l’on veut faire passer au travers la photographie. Certains cadrages seront dynamiques, d’autres voudront montrer un détail, d’autres encore l’environnement ou bien une action. Tout ceci est subjectif et il n’y a pas pour moi de règle à suivre, çi ce n’est peut-être la règle des tiers qui fonctionnera pour beaucoup de photos, mais qu’il ne faut pas non plus suivre à la règle sous peine de tomber dans une monotonie d’ambiance.

Généralement, il me faut une bonne dizaine de minutes avant d’obtenir un cadrage qui me convienne à peu près. Certaines personnes ont ça dans le sang pour des photos prisent sur le vif, mais il me semble que la composition en macro n’est pas tout à fait la même chose.

Rien que pour avoir le fond homogène dont je vous parlais précédemment, j’essaye une multitude de prises, me déplace autour du sujet, me rapproche, m’éloigne, me baisse, jusqu’à ce que l’ensemble soit cohérent. Tout ceci est possible grâce à l’ère numérique et j’imagine bien que l’approche était entièrement différente il y a quelques années encore.

Pour imager mes propos, voici, dans l’ordre chronologique des photos prises avant de trouver un cadrage qui me satisfasse (le dernier) :

Les photos suivantes n’ont fait l’objet d’aucune retouche hormis la dernière.

macrophotographie pour débutant

macrophotographie pour débutant

macrophotographie pour débutant

macrophotographie pour débutant

Gestion de la lumière et du flash

L’utilisation de l’objectif MPE 65mm requière un apport de lumière dans la grande majorité de son utilisation.

Afin d’obtenir cet apport de lumière, j’ai opté pour un flash qui remplit entièrement son rôle : le flash MT-24-EX.

Bien qu’onéreux, ce flash à l’avantage d’avoir deux têtes pivotantes qui permettent de gérer la lumière au mieux.

Il est possible d’ajuster l’intensité du flash gauche et droit de manière différente pour obtenir un meilleur contraste sur le sujet.

Ainsi, sur cette première photo réalisée ce jour-ci sur le puceron, la lumière émise par les deux flashs était identique, il en résulte une image certes bien éclairée, mais plate et monotone :

Sur la dernière prise, le flash gauche était relevé et émettait deux fois plus de lumière que le flash droit qui lui, était plutôt en position centrale et ne visait pas le sujet, mais le pétale de rose en arrière plan.

Le résultat est bien plus contrasté :

Mise au point

La mise au point en macrophotographie est peut-être la question la plus déconcertante.

Ayant envie de mettre le sujet en valeur sur un fond homogène, la profondeur de champ sera bien souvent très faible, le tout est donc de réussir à la mettre précisément où l’on veut et ça, c’est la partie qui demandera le plus de calme, entre respiration retenue un bon moment et un appui le plus stable possible. Cela n’a rien à voir avec le flou de bougé, juste la zone de mise au point !

Si prendre un papillon en proxi photo est relativement simple sur ce point, ce puceron m’a demandé une série considérable de prises de vues afin d’obtenir une zone de netteté qui prenne l’œil et la goutte de miellat, les deux points forts de la photo.

Pour vous donner une idée du nombre des prises :

Et c’est bien là la solution : mitrailler, tant qu’on peut, en espérant que dans le lot, une photo fasse la différence !

La post-production : la retouche de l’image

La retouche de l’image est pour moi quelque chose d’indispensable.

Le photographe argentique développait son film dans des bains chimiques qui, selon les dosages, donnaient tel ou tel rendu, puis il tirait ses photos sur son agrandisseur et là encore, selon le temps d’impression, selon les bains révélateurs, il pouvait donner à ses images un petit quelque chose dont lui seul avait le secret.

Il en est de même aujourd’hui avec les logiciels de retouche d’image !

Si Photoshop est aujourd’hui la référence en retouche photo, il existe maintenant une multitude de logiciels gratuits ou payants.

Afin de préserver une qualité d’image optimale, je prends toujours mes photographies dans un mode non dégradant tel que le format RAW.

L’avantage de ce format n’est pas seulement vis-à-vis de la qualité de l’image elle-même, mais également et surtout vis-à-vis des possibilités de retouche que celui-ci offre. Le truc tout bête : votre APN est réglé en balance des blancs automatique, mais vous vous rendez compte, une fois chez vous, que cet automatisme n’est pas du tout aboutit. Rien de bien grave si vous avez pris la photo en RAW !

Un des exemple les plus parlant que j’ai en ma possession sera la photo “La tisseuse du soir” qui sans ce format RAW, n’aurait jamais été publiée.

En effet, prenant toujours mes photos en mode automatique pour la balance des blancs (AWB pour Automatic White Balance), le soleil en contre-jour a fait perdre les pédales à cette fonction et je me suis retrouvé avec une photo qui ne ressemblait plus du tout à ce que je voyais dans le viseur.

A haut, l’image sortie du capteur, en bas, après retouche au niveau de la balance des blancs.

A gauche, l’image sortie du capteur, à droite, après retouche au niveau de la balance des blancs.

Voici les étapes de la retouche de mes photographies :

  • J’ouvre le RAW avec Photoshop CS2 et je règle la balance des couleurs (température de l’image).
  • Je retire toutes les poussières à l’aide du tampon de duplication et éventuellement avec le “spot healing brush tool” (je n’ai pas la traduction)
  • Je règle la balance des couleurs avec un calque afin d’affiner les couleurs de la photo, le but ici est de donner à l’image le plus de ressemblance avec la réalité, mais j’en conviens, tout cela reste et restera toujours subjectif et propre aux émotions de chacun.
  • Je règle les niveaux avec le calque
  • J’enregistre l’image telle quelle en format PSD en vue d’une retouche ultérieure
  • J’actionne mes scripts de cadre en vue d’une publication sur le web
  • J’enregistre sous et pas “enregistrer pour le web” afin de conserver les données exif
  • Basta !

Conclusion

Cet article n’est pas une leçon (il ne manquerait plus que ça !), mais un partage de mon expérience personnelle, un partage de ma façon de faire et de voir les choses.

Tout photographe, amateur ou pro, aura une manière différente de procéder, de A à Z et c’est bien ça qui fait la diversité artistique de ce monde.

J’attends vos retours sur tout cela avec impatience…

A propos de l'auteur

Guillaume Manceron est le fondateur de photopassion.fr proposant des reportages photos, des tests d'equipements ou bien des podcasts. En 2006, Il découvre les joies d'avoir un reflex numérique et depuis sa passion n'a pas changé

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.