Sorti fin novembre 2012, ce dernier livre de Pearson s’adressent à tous les photographes amoureux d’urbain et d’architecture. Il a pour but d’aider à aiguiser notre regard sur le monde qui nous entoure, d’améliorer notre technique et de développer notre créativité !

Étant spécialisée dans les photos d’architecture et d’urbain, j’ai lu ce livre avec beaucoup d’attention. J’avais deux objectifs : comparer ma méthode en photo d’architecture et celle présentée dans le livre, identifier nos différences et rédiger cette critique.

Les deux premiers chapitres sont destinés aux bases de la photo. Le livre donc commence réellement dès le chapitre 3, sur les bases de la composition.

La composition est un élément essentiel dans la photo d’architecture et du monde urbain. Elle doit être minutieuse, réfléchie et ne pas être laissée au hasard. C’est d’ailleurs sûrement la partie la plus difficile dans ce type de photo.

Ce chapitre rappelle les bases de la composition avec notamment la règle des tiers, ou même l’intérêt de placer une échelle dans la photo. Mais ce chapitre parle également de différents points qui sont propres à la photo d’architecture et à la photo de rue : le sens de lecture, l’orientation de la photo, l’équilibre, les lignes.

Les photos illustrant le chapitre sont parlantes et toutes magnifiques. L’auteur n’a pas hésité à prendre différentes photos du même endroit pour mettre en évidence l’impact de la composition. J’ai particulièrement apprécié l’exemple sur l’escalier.

Ce chapitre est indispensable quand on traite de la photo urbaine !

escalier

Les chapitres suivants sont des ateliers pratiques autour de différents thèmes :

– Atelier 1 : trouver les bons angles et les bons points de vue

– Atelier 2 : profiter des variations météos

– Atelier 3 : faire vibre les couleurs

– Atelier 4 : penser en noir et blanc

– Atelier 5 : insérer l’humain dans son environnement urbain

– Atelier 6 : traquer les scènes insolites

– Atelier 7 : saisir le mouvement

– Atelier 8 : exploiter les ombres

– Atelier 9 : traquer les reflets

– Atelier 10 : débusquer les détails

– Atelier 11 : prendre les transports

– Atelier 12 : construire une série urbaine.

Je vais déjà m’attarder sur le 1er atelier. En photo urbain, le point de vue et l’angle de la photo est primordial. Cela ne sert à rien de prendre tel ou tel lieu touristique comme tout le monde. Il faut toujours réussir à s’approprier le lieu et réussir à faire ce que vous souhaitez, en lui donnant votre image et en laissant libre court à votre imagination.

La contre plongée est une technique qui marche d’ailleurs très bien pour ce type de photo. Attention cependant, le grand angle est presque obligatoire dans ce cas précis 🙂

couleur

Dans l’atelier 2, l’auteur rappelle que les plus belles photos ne se font pas toujours quand il fait beau 🙂 bien au contraire. Le brouillard, la pluie, la neige sont des allies fidèles du photographe ! Penser cependant à protéger votre matériel ! 

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les flaques d’eau sont un magnifique miroir ! A exploiter encore et encore et pour jouer avec les reflets (atelier 9)

Dans l‘atelier 5, l’autre aborde un sujet auquel je tiens particulièrement : insérer de l’humain dans la photo urbaine. Allier donc la photo de rue à la photo d’architecture ! Cette présence humaine apporte le côté vivant, unique à votre photo ! Pour cela, il faut repérer l’endroit que vous souhaitez et attendre 🙂 grâce à la présence de l’homme, vous allez pouvoir jouer sur le graphisme, sur l’échelle, sur le rythme de la photo !

humain

Le dernier atelier est consacré à la composition de série urbaine. Vous pouvez dans une même ville ou même dans différentes villes aller chercher des similitudes et les retranscrire sous forme de séries. L’auteur met en avant le jeu des parapluies ou les façades d’immeuble. Pour ma part, c’est les transports (évoqués dans l’atelier 11) qui son mon fil conducteur à travers les voyages !

En conclusion :

Ce livre est très bien écrit et surtout les images présentées illustrent parfaitement les différents sujets évoqués. L’auteur a fait un tour complet de la photo en monde urbain, sans pour autant perdre trop temps sur certains sujets : les bases et le matériel ne constituent que 28 pages du livre (environ 1/5).  En effet, le livre n’est pas là pour parler de matériel mais bien de photographie et de différentes techniques pour s’améliorer !

photographier l'urbain

J’ai pu remarquer également que je pratiquais la photographie d’architecture de la même manière (ouf, je n’ai pas tout à recommencer) et c’est tout doucement qu’on apprend à faire de la photo urbaine. Pour cela, il faut s’exercer, aiguiser son œil et continuer à faire des photos !

Je recommande donc ce livre à tous les photographes (amateurs ou expert) qui sont attirés par la photographie urbaine et d’architecture. Pour les débutants, vous aurez toutes les clés en mains pour vous lancer, et pour les experts sur le sujet, cela fait toujours du bien de relire certains conseils, de se remette en question et d’arriver à mette des mots sur différentes techniques utilisées naturellement.

A propos de l'auteur

Photographe professionnelle, je suis passionnée par les voyages, l'architecture et l'humain. J'aime raconter mes aventures à travers des reportages photoVous pouvez découvrir mon travail sur mon portfolio : Créateurs d'émotions

Articles similaires

3 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.