A l’approche des grandes vacances, vous êtes nombreux à nous demander des conseils concernant le choix des objectifs, des boitiers et autres accessoires photos. Il n’est pas toujours évident de répondre à toute ces questions, car il n’y a pas de bonnes réponses !

Une marque d’appareil photo conviendra plus à une personne qu’une autre marque, pour des questions d’ergonomie, alors que cela peut etre l’inverse pour un autre photographe. Pour les objectifs, on peut tout à fait conseiller un type d’objectif, mais cela dépendra également de votre utilisation. En effet, il est conseillé de disposer d’un grand angle pour faire de la vidéo de paysage… Mais on peut également en faire avec une 70-200mm ! Il n’y a donc pas de recettes miracles concernant le choix du matériel.

Il y a cependant une questions que l’on pose régulièrement, et que j’ai envie de répondre aujourd’hui.

Faut-il acheter neuf ou d’occasion son matériel photo ?

Pour ma part, je suis une fervente partisanet de l’occasion. Pourquoi ? Parce que je peux acheter plus pour moins cher 🙂 Mais pas uniquement. Dans cette série d’articles, je vais vous présenter les avantages et les inconvénients du Neuf et de l’Occasion.

ACHETER NEUF :

Les avantages du neuf sont multiples :

  • Vous êtes la “première main” de votre matériel. Vous savez donc d’où il vient.
  • Le matériel est neuf, et donc il fonctionne, et surtout il ne possède aucun “pet”
  • Votre matériel est sous garantie constructeur.
  • Vous acheter votre matériel dans une boutique (online ou offline). Vous savez donc où part l’argent. Au moindre soucis, vous pourrez revenir vers la boutique (évitez tout de même les boutiques qui vous semblent bizarre…)
  • Même si vous pouvez passer un peu de temps à chercher le meilleur prix en fonction des différentes boutiques, l’achat peut être compulsif et vous ressortez de suite avec votre nouveau matériel !
  • Vous pouvez profiter de certaines facilités de paiement (exemple : 10 fois sans frais, 10€ pour 100€ d’achat…)

Malgré tout, il existe tout de même des inconvénients :

  • Le premier étant déjà le prix. Et oui, en achetant neuf, vous reverser déjà 20% de TVA à l’Etat. 20% qui s’envole immédiatement, une fois avoir mis le pied dehors !
  • La revente : souvent quand on fait de la photo, on évolue. On achete un nouveau boitier, on change le parc d’objectif… Du coup, vous pouvez être amené à revendre votre matériel. Quand on a acheté neuf, on peut facilement perdre de l’argent.

Dans un prochain article, je vous proposerai les avantages et inconvénients des achats d’occasion, ainsi que des conseils pour ne pas se faire avoir au moment de l’achat et de la revente de son matériel d’occasion

A propos de l'auteur

Photographe professionnelle, je suis passionnée par les voyages, l'architecture et l'humain. J'aime raconter mes aventures à travers des reportages photoVous pouvez découvrir mon travail sur mon portfolio : Créateurs d'émotions

Articles similaires

10 Réponses

    • Celine Manceron

      Il s’agit d’une série d’articles. Dans ce premier article, ce sont les avantages et inconvenients d’acheter neuf qui sont exposés.

      Dans un prochain article, je vous proposerai les avantages et inconvénients des achats d’occasion, ainsi que des conseils pour ne pas se faire avoir au moment de l’achat et de la revente de son matériel d’occasion

      Répondre
      • John

        OK. Je n’avais pas saisi qu’il s’agissait d’une série d’articles et je trouvais donc celui-ci plutôt léger 🙂 Je comprends mieux maintenant. Merci.

  1. Gilles

    Autant j’achète une voiture d’occasion facilement que pour le high-tech je suis partisan du neuf. Acheter du high-tech d’occasion c’est acheter une technologie largement dépassée donc pour le coup pour un prix trop haut et quand on voit la cadence avec laquelle sortent les nouveautés. Acheter du high-tech d’occasion s’est être quasi sûr de ne pas pouvoir revendre. Je ne parle même pas de ce qui n’est pas dans cet article, la liste interminable des inconvénients d’acheter d’occasion…

    J’achète mon équipement avec discernement, dès le début il ne m’est pas venu l’idée d’acheter une optique 18-300mm à faible ouverture, j’y ai préféré une suite d’optiques f/2.8 que je compléterai avec des optiques fixes à très grande ouverture. Pour le boitier le précédent me sert de boitier de secours.

    Pour l’achat de mon matériel photo je vais sur DxOMark pour faire mon choix. Je me garde de ce fameux effet “marque” (Stradivarius, mac, etc…). La quasi totalité des tests sont entachés par cette problématique. Les testeurs vont jusqu’à trouver des défauts que les tests en laboratoire démentent pour ne pas dire l’inverse…

    Ceci dit je veux bien croire que je reste un cas isolé, je n’ai encore jamais rencontré quelqu’un faisant comme moi… 😉

    Répondre
  2. Howen

    Ce que je déplore personnellement – au risque de passer pour un vieux con servateur – ce sont les évolutions réelles (ou supposées telles) qui se suivent à un rythme effréné qui fait en sorte qu’après 6 à 12 mois on à du matériel décoté. Après 3 ans le matériel devient une antiquité. Sa valeur est proche de la nullité… Bien entendu, cette “évolution” n’est pas propre au matériel photo. C’est vrai pour les voitures, l’informatique, la téléphonie etc etc…
    On peut aussi faire la même réflexion pour les logiciels. Chaque mois, on nous propose de nouveaux produits, de nouvelles versions…
    C’est vraiment pénible.
    Howen

    Répondre
  3. Gilles

    J’ai gardé mon Canon AE-1 de 1981 à 2011 quand on me l’a volé…

    J’ai presque envie de dire merci au voleur car il m’a fait découvrir les capacités du numérique mais avec eux également la veille informatique et technologique…

    Avec l’avènement du numérique même les optiques sont à la merci d’une nouvelle avancée technique informatique. Je pense en particulier à la visée électronique qui est en train de prendre la place de la visée prismatique et qui risque de monter en gamme rendant obsolète tous nos optiques. Six mois après la mise sur le marché d’un matériel électronique vous ne trouvez quasiment plus d’accessoires… L’obsolescence n’est plus programmée par le non fonctionnement du dit matériel mais parce que vous ne pouvez plus remplacer les pièces d’usure naturelle (accus, stylet, chargeur, logiciels,…) et du simple fait que vous n’êtes plus crédible techniquement parlant. L’effet de mode s’y ajoutant…

    Pour un professionnel le remplacement d’un boitier ou d’une optique pouvait avant se concevoir après 5 bonnes années d’utilisation, aujourd’hui 2 ans peuvent paraître long pour certains équipements…

    Sans compter l’apprentissage logiciel… Quand tout était manuel vous suiviez votre cursus scolaire et celui-ci vous servait au minimum de base pour toute votre vie professionnelle. Aujourd’hui les logiciels évoluent et meurent si vite, vous obligeant à un apprentissage constant. Hier vous pouviez ne chercher que la perfection dans votre travail, aujourd’hui vous courez après la connaissance du dernier outil nouvellement implanté dans votre logiciel ou pire dans votre dernier boitier…

    J’ai un projet photographique professionnel et je ne peux pas m’absoudre de cette course technologique, l’achat d’occasion ne me parait pas rentrer dans cette logique.

    Répondre
  4. TIbasic

    Je me dois de réagir. Je suis d’accord sur l’avancée rapide des éléments technologiques, qui l’est trop à mon gout. Mais un bon objectif est un bon objectif. Je ne suis qu’un amateur et j’utilise sur mon D3100 des objectifs minolta MD avec une bague avec lentille pour la MAP à l’infini. Certes, le piqué est difficile à trouver, et la lumière pêche, mais il n’empêche que j’obtien avec le 100mm f/2.8 des clichés qui sont assez réussi. Je sais que cela de vaut pas forcement pour un pro, car ces objectifs ne conviennent ni pour l’action (tout régler manuellement, mais la MAP est très aisée en toutes situations, car ceci a vraiment été très bien pensé !) ni pour studio à cause de la baisse de qualité du à l’adaptateur. Mais si je ne récupère que 2/3 de la qualité initiale de l’objo, je peux vous assurer que ce sont de très beaux restes, largement à la hauteur de ce que j’ai eu en objos de kit !

    Bref, pour moi, un bon objectif est un bon objectif point. On peut affiner, repousser les limites techniques (comme avec la montée de la sensibilité Iso, et la stabilisation) mais ce sont des évolutions, pas des révolutions… Ce n’est qu’un avis d’amateur mais la toute dernière chose que je regarde pour un appareil photo et surtout pour les optiques, c’est la date de sortie du produit.

    Apres, ce n’est qu’un avis d’amateur fraichement éclairé qui sillonne le web à la recherche de tout ce qu’il peut trouver pour tenter de réussir un cliché qu’il osera peut etre un jour montrer sur un forum… 😉 j’arrive à ma 1000eme photo bientot et pour l’instant je n’ai pas eu le déclique, je préfère attendre avant de prétendre avoir quelque chose d’intéressant à montrer…

    Bravo à ce site, merci de permettre une publication sans pour autant s’authentifier avec un compte gmail, Facebook ou autre, j’espère que ça durera toujours, à bientot et bonnes photos !

    Répondre
    • Gilles

      Oui tant qu’on en reste à de l’optique pure sans électronique, un bon 50 mm f/1.4 manuel, que j’utiliserais derrière un soufflet pour faire de la macro, OK. Mais seulement dans ce cas, voir le post dans le second article qui répond pourquoi.

      Répondre
      • TIbasic

        Tout dépend en somme, de nos projets, moi qui suis juste photographe du dimanche, et n’ayant pas acheté de vieux MD, ne comptant pas les revendre, tout va bien ! 😉 Mais chose me tracasse cependant, j’ai lu quelque part qu’une gamme de Sigma possédait un socle pour mettre à jour l’électronique des objectifs et “garantir la compatibilité avec les futurs modèles”, ceci sous-entend-il que les objectifs seront peut etre electroniquement non compatibles à l’avenir ? Dans le cas ou tous les réglages sont manuels, l’objo serait toujours utilisable, mais vu que la quasi totalité des objo modernes ne proposent plus de régler manuellement l’ouverture, ces optiques seront bonnes à jeter ? Car pour moi, 400€ est une somme conséquente, et si par exemple, je souhaite acheter le sigma 17/50, ca me ferait mal de me dire que dans 3 ans, il sera bon à jeter car électroniquement incompatible… :/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.